Tout sur smals

D'autres règles pour le G-cloud interne

A présent que le nuage public ne sera pas créé via une adjudication externe, mais bien en interne, les conditions de sécurité seront également différentes. Entre-temps, les premiers services sont disponibles pour les pouvoirs publics.

Smals fournit plus pour le même prix

Le fournisseur de services IT aux pouvoirs publics a l'an dernier livré davantage de services aux autorités sans supplément de coût. Il a aussi engagé plus de cent personnes.

Feu vert pour le 'Smals flamand'

Le gouvernement flamand a approuvé l'avant-projet de création de l'association flamande du personnel ICT, qui s'appellera 'Vlaanderen Connect'

Un Smals Flamand avant les élections

Une association flamande des informaticiens - sorte de Smals flamande - verra le jour avant les élections du 25 mai. C'est ce que confirme à notre rédaction le cabinet du ministre flamand Geert Bourgeois, suite à un tweet de Journalinks.

SMALS a investi d'avantage

Le rapport d'activités du fournisseur de services ICT Smals révèle une forte croissance des investissements l'année dernière.

Le contrat SAN chez Smals à nouveau décroché par HP

Smals achètera une fois encore son infrastructure SAN chez HP. L'entreprise hardware est depuis 2006 déjà fournisseur de systèmes de stockage au prestataire de services ICT de la sécurité sociale et des soins de santé belges. L'infrastructure SAN de Smals est aujourd'hui l'une des plus vastes du genre en Belgique. Le nouveau contrat courra sur 4 ans et aurait, selon les rumeurs, une valeur de 'plus d'un million d'euros'. HP se chargera de l'extension de l'infrastructure existante. Elle fournira des commutateurs SAN, des Storage Arrays et la connectivité nécessaire. En plus de tout ce matériel, l'entreprise fournira également le software et les licences requises pour l'installation et la gestion de l'infrastructure, la maintenance, les services pour l'installation, le support, la formation et la consultance.

L'on se rapproche d'une Smals flamande

Le gouvernement flamand a approuvé l'avant-projet de décret qui prévoit la création de l'"association flamande du personnel ICT", en d'autres mots une Smals flamande. Il devrait s'agir d'une sorte de 'pool' de consultants impliqués dans des projets auprès du gouvernement flamand. Cette association, à laquelle pourront adhérer des entités de droit public du gouvernement flamand et des administrations locales, mettra du personnel ICT à la disposition de ses membres. Cette association flamande du personnel ICT sera fondée sous la forme d'une agence autonome externe de droit privé, plus précisément une a.s.b.l.

Smals investit des millions dans des centres de données

Smals, l'organisation TIC de la sécurité sociale et des soins de santé belges, a considérablement amélioré son centre de données existant à Anderlecht. A cela s'ajoute un nouveau centre de données Quai de Willebroek à Bruxelles. Dans son centre de données de 1100 m² à Anderlecht, Smals a adapté et/ou rénové le gros-oeuvre (avec CIT-Blaton), l'électricité (avec Fabricom) et le refroidissement (avec SPIE). Désormais, le centre de données combine refroidissement par ventilation et refroidissement hydraulique. Pour ce dernier, de l'eau froide est tirée du canal Bruxelles-Charleroi tout proche. Smals a conclu dans ce cadre un accord avec le Port de Bruxelles. En cas de température ambiante de 4 degrés ou moins, l'air de l'extérieur est également utilisé pour le refroidissement.

Un brevet pour Smals

Smals a sollicité un brevet européen pour sa nouvelle technologie 'treshold encryption' dans le cadre du projet 'Kluis'.

Ecolo juge eHealth "trop flamand"

La plate-forme eHealth, le réseau électronique d'échange de données dans les soins de santé, est 'trop flamande'. Voilà du moins ce que déclare le parti Ecolo, par la voix de sa parlementaire Muriel Gerkens, dans Le Soir. Elle s'en prend aussi à Frank Robben , l'administrateur général. La critique va dans tous les sens. C'est ainsi que cinq des six postes-clés seraient réservés à des néerlandophones et qu'il n'y aurait pas toujours des médecins francophones dans l'équipe eHealth. De plus, Gerkens déplore le fait que Frank Robben ait la main mise sur la plate-forme depuis deux ans, soit depuis sa création.