Tout sur silicon valley

Notre qualité de vie des plus correctes, notre enseignement accessible et notre sécurité sociale favorable ne pèsent pas lourd face au salaire mirobolant et aux meilleures possibilités de carrière aux Etats-Unis. Voilà ce que prétend le rédacteur de Trends, Stijn Fockedey.

Il y a un an et demi, le jeune diplômé en informatique Xavier de Ryckel débarquait avec son sac à dos dans la Silicon Valley. Il y a entretemps cofondé Downtown, une start-up spécialisée dans le paiement mobile pour le secteur horeca. Impressions via Skype depuis une 'villa-entreprise' de Palo Alto.

Selon Robert Hannigan, chef du service d'espionnage britannique GCHQ, les grandes entreprises technologiques américaines - telles Facebook, Twitter et WhatsApp - 'sont devenues les réseaux de commande et de contrôle préférés' des terroristes et des criminels. Il accuse les entreprises 'de nier l'abus de leurs services par des organisations terroristes' et les invite à 'collaborer plus étroitement avec les services de renseignements'.

"La Silicon Valley, c'est fait pour grandir, pas pour se lancer" Pour de nombreux entrepreneurs technologiques, la Silicon Valley reste encore une véritable Terre Promise. Mais selon les starters belges qui s'y sont installées, se lancer en Californie n'est plus vraiment la chose à faire.

Les entreprises technologiques américaines lancent une offensive de charme vis-à-vis de l'Europe. Ce n'est pas superflu car depuis le scandale de la NSA, les utilisateurs et gouvernements européens y accordent nettement moins de confiance.

"Twitter nous aime", affirme Davy Kestens de TwitSpark. "Notre outil accroît la valeur du réseau social populaire et améliore l'expérience Twitter des grandes sociétés. Nous aidons donc Twitter à croître au lieu de lui dérober son argent."

La startup Radionomy s'est lancée avec succès sur le marché américain. Son dernier fait d'armes est un accord conclu avec Microsoft. "J'ai envoyé un mail à Steve Ballmer et un peu plus tard, tout était paré", déclare en riant Thierry Ascarez, vp Business Development de Radionomy.

La startup Radionomy s'est lancée avec succès sur le marché américain. Son dernier fait d'armes est un accord conclu avec Microsoft. "J'ai envoyé un mail à Steve Ballmer et un peu plus tard, tout était paré", déclare en riant Thierry Ascarez, vp Business Development de Radionomy.

Chronique d' Erard de Hemricourt, cofondateur d' Esperity, une nouvelle plate-forme internet sur laquelle les personnes souffrant d'un cancer, pourront partager toutes les informations possibles sur les symptômes et les traitements de la maladie.

Il y a énormément de talent et de vision en Belgique et en Europe, mais si vous voulez vraiment connaître le succès, il faut tenter votre chance sur le marché américain. Voilà ce que déclare le consultant et 'constructeur de ponts' Tanguy Peers, qui fut dans une vie précédente directeur d'eBay en Belgique.

Interrogé à propos de la plus grande erreur de son parcours, l'entrepreneur internet belge Sébastien de Halleux affirme qu'il a trop longtemps postposé son déménagement aux Etats-Unis: "Il faut voir assez grand dès le début."

Comment convaincre un public critique d'investisseurs ou de partenaires potentiels, lorsqu'on ne dispose que de trente secondes à deux minutes pour se présenter? Nathan Gold, coach de Rocket Space à San Fransisco, vous prodigue quelques conseils utiles.

Pour la première fois, Brussels Invest & Export et le cluster Software in Brussels organisent une mission économique à Silicon Valley. 12 entreprises de la capitale belge seront plongées pendant une semaine dans la culture de la principale région technologique au monde.