Tout sur security

Le fabricant de puces Intel envisage de vendre son département de cyber-sécurité, Intel Security. Voilà ce qu'a annoncé le Financial Times hier dimanche. Intel avait racheté l'ex-McAfee, il y a six ans, pour 7,7 milliards de dollars, soit quasiment 7 milliards d'euros après conversion.

Plus de la moitié des entreprises ont été l'année dernière la cible d'un danger internet direct ou indirect. Il s'agissait surtout d'attaques DDoS. Il n'empêche que les managers en sécurité et IT se font principalement du souci à propos de leurs collègues car la fraude perpétrée par le personnel se trouve tout en haut de la liste de leurs préoccupations.

Le spécialiste russe de la sécurité déclare n'avoir jamais mis en oeuvre des campagnes pour jouer de mauvais tours à des concurrents. Il admet cependant avoir effectué autrefois une expérience similaire.

Des spécialistes en sécurité de la KULeuven ont démontré comment l'identité d'utilisateurs de smartphones et d'ordinateurs portables peut être déterminée sur base de leur batterie. Les chercheurs signalent du reste que cela menace le respect de la vie privée des utilisateurs.

Le site web du service propreté Bruxelles Propreté a été temporairement retiré d'internet suite à des cyber-attaques répétées. Voilà ce que révèle Brusselnieuws et qui a été confirmé par le cabinet de la secrétaire d'état bruxelloise pour la propreté publique, Fadila Laanan (PS).

Ces derniers jours, plusieurs Belges ont été contactés par un courriel émanant de fraudeurs, pour les inciter au nom de Microsoft à mettre à niveau vers Windows 10 au moyen du logiciel annexé. Microsoft Belgique demande instamment aux citoyens de ne pas réagir à ces mails.

Des criminels envoient du spam (pourriel) au moyen de courriels qui ressemblent à s'y méprendre à ceux de Microsoft, mais qui contiennent en réalité un lien mal intentionné vers le rançongiciel (ransomware) CTB-locker, selon Cisco.

Naviguer de manière anonyme s'avère moins sûr qu'imaginé. Même les réseaux TOR peuvent en effet être piratés. Voilà ce qu'annoncent le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et le Qatar Computing Research Institute. Les chercheurs auraient cependant déjà trouvé une solution au 'problème'.

Des chercheurs américains ont découvert une faille très dangereuse dans Android. Il suffit à toute personne mal intentionnée d'envoyer un message texte à un smartphone Android pour pouvoir prendre le contrôle total de ce dernier.