Tout sur Russie

La semaine dernière, une partie du trafic internet a été déviée une heure durant via Rostelekom. Il s'agit là du fournisseur d'Etat et censeur russe. On ne sait pas clairement s'il s'agit d'un piratage (hijack) conscient ou d'une erreur de configuration.

Le contrôleur télécom russe Roskomnadzor menace d'infliger une amende tant à Twitter qu'à Facebook. Ces deux entreprises stockent en effet des données d'utilisateurs russes en dehors de la Russie, ce qui est interdit.

Les Russes possédant un iPhone ou un iPad voient désormais apparaître sur leur écran la Crimée comme une région de la Russie dans Apple Maps et Weather. Apple s'est donc inclinée devant les autorités russes. Google, elle, avait précédemment déjà tourné casaque.

L'Iran a bloqué internet dans de grandes parties du pays. Cette mesure semble avoir été prise après des protestations de rue. Cela fait quelques jours déjà en effet que des citoyens manifestent contre la hausse des prix des carburants.

Le président américain Donald Trump est probablement l'utilisateur de Twitter le plus connu et le plus puissant au monde. Il utilise tellement la plate-forme et de manière si véhémente que ses collaborateurs ont voulu demander à Twitter de presser sur le frein. Juste après sa nomination, ils avaient en effet envisagé d'inviter Twitter à ne publier les tweets de Trump qu'avec un décalage de quinze minutes, selon le journal The New York Times.

Hier lundi, la Géorgie a été touchée par une vaste cyber-attaque. 2.000 sites web ont à coup sûr été paralysés, dont ceux du président Salome Zoerabisjvili, de tribunaux et de divers médias.

L'institut aéronautique indien ISRO a retrouvé ce mardi l'alunisseur sans équipage avec lequel il avait perdu tout contact. Malgré tout, il n'y a cependant pas encore eu de véritable nouveau contact avec l'alinisseur, qui fait partie de la mission Chandrayaan-2, selon l'institut sur Twitter.

8chan, le site, qui est aujourd'hui lié à trois différents acteurs adeptes des fusillades de masse, éprouve des difficultés à rester en ligne. Mais le supplément d'attention dont il fait l'objet, semble entraîner aussi la paralysie d'autres sites néonazis.