Tout sur Russie

L'Union européenne déclare son intention d'entreprendre des actions à l'encontre de la Russie en raison d'activités de piratage. Il s'agit en l'occurrence et entre autres de la soi-disant campagne 'Ghostwriter' destinée à manipuler les élections en Allemagne.

Google et Apple ont retiré l'appli électorale du chef de l'opposition russe Alexeï Navalny de leurs boutiques d'applis le jour même, où les élections russe ont débuté. Ces entreprises s'opposent depuis quelque temps déjà au contrôleur russe des médias et d'internet Roskomnadzor, qui les menaçait d'une amende, si l'appli n'était pas supprimée. La Russie accusait les firmes technologiques américaines de s'immiscer dans les élections.

Le contrôleur russe des médias et d'internet Roskomnadzor menace d'infliger des amendes à Apple et Google, si ces entreprises ne retirent pas l'appli du chef de l'opposition incarcéré Alexej Navalny de leurs magasins d'applications. Un tribunal russe avait précédemment interdit la fondation anticorruption de Navalny, parce qu'elle serait extrémiste.

Un tribunal de Moscou a infligé à Alphabet - la société mère de Google - pas moins de cinq amendes pour un total de 14 millions de roubles, soit quelque 162.000 euros après conversion.

Après la controverse née de ses nouvelles conditions d'utilisation, Audacity a été contraint de démentir développer un logiciel espion. "Il s'agit d'un malentendu", a déclaré l'entreprise.

Des chercheurs américains affirment que les logiciels de reconnaissance faciale de certaines entreprises russes permettent une classification sur la base de la race ou de l'origine ethnique. Ce serait notamment le cas avec la technologie de VisionLabs, une entreprise russe dont le siège est situé à Amsterdam.

La Chine entend en 2033 envoyer pour la première fois une mission habitée vers Mars. Dans les années qui suivront, il y aura davantage de vols vers le 'Planète Rouge', a déclaré la directeur d'un important constructeur de fusées chinois.

Le groupe à l'initiative de la vaste cyber-attaque lancée sur des autorités et entreprises américaines fin de l'année dernière a remis çà en ciblant cette fois des instances, cellules de réflexion, agences de consultance et organisations non-gouvernementales américaines, selon Microsoft.