Tout sur restructuration

TP Vision entend supprimer 178 emplois sur les 238 que compte l'entreprise à Zwijnaarde. L'intention d'un licenciement collectif a été annoncée ce mercredi lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, apprend-on de la part du syndicat chrétien LBC/CNE.

Dans un e-mail adressé à ses employés, Steve Ballmer explique que son entreprise va se réorganiser. Dans ce cadre, de nombreuses responsabilités vont être déplacées et la priorité sera mise sur quatre points en matière de développement.

Le fabricant finnois de GSM Nokia supprime 300 postes de travail IT supplémentaires dans son pays. En outre, 820 informaticiens rejoindront les entreprises d'externalisation indiennes HCL Technologie et Tata Consultancy Services.

Début juillet, le groupe de services informatiques Devoteam présentait un ambitieux plan stratégique visant, à l'horizon 2015, à atteindre une marge opérationnelle de 10%, parmi les plus élevées dans le secteur, sachant que cette marge est aujourd'hui de l'ordre de 4%.

Cisco réorganise ses activités à la consommation: une décision qui doit être considérée comme un premier pas en vue de remettre entièrement le train sur de bons rails. La mesure la plus radicale est l'arrêt de la production des caméras vidéo Flip, ce qui entraînera la perte de 550 emplois. Ce faisant, Cisco admet de manière indirecte que le rachat de Pure Digital - l'ex-fabricant de Flip - n'a pas répondu à ses attentes. En mars 2009, Cisco avait encore déboursé 590 millions de dollars pour acquérir cette entreprise. En interrompant à présent la production, Cisco entend de nouveau accroître la rentabilité de l'entreprise.

Après l'annonce d'un programme de départs volontaires qui devrait toucher la moitié environ des quelque 2.700 personnes employées en Belgique par Toyota Motor Europe, l'avenir des 134 informaticiens reste incertain. Dévoilé voici quelques semaines, le plan de restructuration de Toyota Motor Europe concerne dans notre pays 2.700 personnes, dont 1.200 environ au siège social d'Evere et 800 sur le site de Zaventem. L'entreprise envisage de se séparer de la moitié de son personnel, dans le cadre d'une procédure un peu particulière: il est demandé à chacun de se porter candidat à un départ volontaire dans des conditions spécifiques.