Tout sur Pékin

L'autorité en charge du marché chinois a infligé des amendes à douze entreprises pour concurrence déloyale, parmi lesquelles les groupes technologiques Baidu et Tencent. Pour cette dernière entreprise, l'amende relativement faible de 64.000 euros (après conversion) pourrait être l'amorce d'une surveillance plus rigoureuse de la part des contrôleurs financiers chinois.

L'industrie technologique chinoise, l'une des principales cibles du président Donald Trump ces dernières années dans le cadre du conflit commercial opposant Washington à Pékin, espère que la nomination de Joe Biden générera une relation plus constructive. Mais la rivalité n'en sera pas moins atténuée.

Le gouvernement chinois envisage de prendre des sanctions à l'égard des deux grands fabricants européens d'équipement réseautique que sont Nokia et Ericsson, si davantage de pays européens décident d'exclure les appareils d'Huawei. Voilà ce qu'annonce The Wall Street Journal sur base des dires d'initiés.

La plate-forme vidéo Zoom prépare un système de blocage des utilisateurs sur base d'une localisation géographique. Cette fonction devrait être une réponse à une campagne de dénigrement suite à la commémoration du bain de sang place Tienanmen. A la demande du gouvernement chinois, Zoom avait alors fermé les comptes de trois activistes.

L'appli vidéo chinoise populaire TikTok est en quête d'un site pour implanter son siège central. Son propriétaire chinois Bytedance veut mettre fin à l'image chinoise de l'appli et recherche par conséquent un endroit en dehors de la Chine. 'Singapour, Londres et Dublin tiennent la corde', révèlent des sources proches de l'entreprise au journal d'affaires The Wall Street Journal.

Tim Cook, le patron d'Apple, a parlé à Pékin avec le contrôleur chinois en charge de la régulation du marché. La rencontre a eu lieu une semaine seulement, après que le géant technologique américain ait fait l'objet de nombreuses critiques pour avoir supprimé de son magasin une appli permettant aux manifestants de suivre les allées et venues de la police à Hong Kong.

Le fondateur d'un site internet chinois, qui a révélé des violations supposées des droits de l'Homme, a été condamné lundi à 12 ans de prison, l'une des peines les plus lourdes prononcées ces dernières années à l'encontre d'un dissident.