Tout sur parlement européen

Le Parlement européen n'envisage pas de s'avouer vaincu dans le débat portant sur la suppression des tarifs d'itinérance (roaming). Les 28 pays membres de l'UE ont décidé ce mercredi que les coûts de roaming devront certes diminuer, mais qu'ils pourront encore être facturés à coup sûr encore jusqu'en 2018, alors que le Parlement veut que les tarifs soient abolis, de préférence d'ici la fin de cette année déjà.

Même s'ils combattent depuis des années déjà la diffusion illégale de leurs productions sur internet, les grands studios cinématographiques et firmes de disques se rendent eux-mêmes coupables de partage de fichiers ('filesharing') via des sites illégaux. Même le personnel d'instances gouvernementales internationales, telles les Parlements européen et américain, plaide coupable. Voilà ce que démontre une double enquête effectuée d'une part par le blog Torrentfreak et d'autre part par le système de traçage ('tracking') ScanEye.

L'entreprise de consultance IT Accenture a empoché la commande relative au développement et à la maintenance d'applications IT auprès du Parlement européen. Le contrat a une valeur de 12 millions d'euros sur 4 ans. Accenture développera toute une série d'applications pour le Parlement, puis les entretiendra et les supportera. Il s'agit notamment d'applications de gestion RH, financière, logistique et administrative. Cette commande s'inscrit dans l'aspiration à une plus grande efficience opérationnelle de l'institution européenne.