Tout sur nuage

La stimulation supplémentaire dans le travail, que ce soit au niveau de la personne, de l'entreprise ou de la société, grâce aux nouvelles possibilités 'collaboratives', tel était le thème choisi par IBM pour son événement Connect 2014 organisé à Orlando.

C'est avec une nouvelle technologie et de nouveaux outils que HP pose les fondements de son approche du nuage hybride, qui comprendra des environnements cloud tant privés que publics.

Une étude menée par le cabinet IDC auprès de 300 entreprises européennes indique que l'utilisation du cloud arrive progressivement à maturité en Europe. Avec pour ambition de résoudre des problèmes métier.

1 entreprise belge sur 3 exploite du logiciel dans le cloud Sur les entreprises belges de + de 50 collaborateurs, 31% - soit près d'un tiers - exploite une solution logicielle installée dans le cloud. Telle est la conclusion tirée par Computer Profile d'une enquête auprès de 3.000 entreprises et organismes publics.

Amazon, Apple et Microsoft exploitent pas mal "d'énergie impropre" pour leurs services 'cloud', selon Greenpeace. L'organisation a par contre attribué de bons points à Facebook, Google et Yahoo.

Moins de 25 pour cent des PME belges utilisent aujourd'hui déjà l'informatique dans le nuage ('cloud computing'). Voilà ce qui ressort d'une étude à laquelle ont participé 388 petites et moyennes entreprises belges. Fait étonnant: 23 pour cent seulement des non-utilisateurs envisagent de le faire dans les deux ans. Ce sont les étudiants en marketing de la Karel De Grote Hogeschool d'Anvers qui se sont chargés de cette nouvelle enquête à propos de l'attitude adoptée par les PME vis-à-vis de l'informatique dans le nuage. En tout, 4.500 entreprises ont été contactées parmi les secteurs les plus variés, dont 388 ont accepté l'invitation (78 pour cent en Flandre, 10 pour cent en Wallonie et 11 pour cent à Bruxelles).

Le premier contrat 'cloud' du gouvernement fédéral pourrait être attribué en octobre. Le service public fédéral ICT Fedict a lancé dans ce but une 'request for information' (RFI). Fedict recherche un intégrateur capable de fournir l'infrastructure de centre de données nécessaire - les serveurs virtuels -, que les services publics fédéraux pourraient utiliser librement via un 'portail self-service', selon un modèle 'pay per use'. Les services de l'intégrateur qui sera finalement sélectionné, feront partie de ce qui devra finalement devenir le 'government cloud' (g-cloud): une combinaison hybride des centres de données (consolidés) existants du gouvernement fédéral et des services 'public cloud' (par ex. Amazon).

Le 2 avril, Telenet lancera CloudOffice, une plate-forme en ligne pour les indépendants et les PME, à propos de laquelle l'entreprise télécom déclare qu'elle va couvrir 80% des besoins IT de ces derniers.

La Commission européenne a libéré 10 millions d'euros pour une initiative ayant pour but de stimuler l'informatique dans le nuage ('cloud computing') en Europe par le biais de l''European Cloud Partnership'. Voilà ce qu'a annoncé Neelie Kroes, la commissaire européenne en charge de l'Agenda Numérique, lors du World Economic Forum organisé à Davos en Suisse.

Lorsque le concept de cloud a été introduit voici quelques années, l'un des avantages majeurs mis en avant par les fournisseurs était la possibilité de stocker - les applications et/ou les données - n'importe où sur des plates-formes dont ne devraient pas se soucier les clients. Car tel était bien le principe: l'utilisateur confie la responsabilité du fonctionnement de ses outils dans le nuage, par définition sans savoir où ce cloud se trouvait.