Tout sur Max Schrems

La Cour de Justice de l'Union européenne va se pencher sur la question de savoir si du point de vue juridique, Facebook peut traiter les données des utilisateurs. Elle procède de la sorte à la demande du tribunal autrichien et de Noyb, l'organisation de l'activiste Max Schrems.

L'organisation européenne en charge de la protection des données Noyb de l'activiste en confidentialité Max Schrems a imaginé conjointement avec l'université d'économie de Vienne un système qui met fin aux embarrassantes mentions de cookies sur les sites web. Par un signal automatique du navigateur, les utilisateurs pourraient indiquer quels cookies ils sont prêts à accepter ou pas.

L'activiste autrichien en confidentialité Max Schrems a ce lundi déposé des plaintes à l'encontre d'Apple auprès des autorités allemandes et espagnoles à propos des données personnelles. Selon Schrems, les iPhone stockent automatiquement un code de traçage publicitaire sans demander l'autorisation aux utilisateurs, ce qui contreviendrait aux lois européennes sur le respect de la vie privée.

L'Autrichien Max Schrems, spécialisé en droit de l'informatique et en droit de la protection des données personnelles, peut toujours être considéré comme un consommateur dans ses actions judiciaires contre Facebook, a estimé mardi l'avocat général près la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE). Cette qualité de consommateur lui permet de saisir les tribunaux de son pays, comme le prévoit un règlement européen.