Tout sur Gemalto

La Commission européenne entame un examen approfondi du rachat envisagé de l'entreprise de sécurité numérique Gemalto par la firme technologique française Thales. Le contrôleur en charge de la concurrence est préoccupé par le fait que cette transaction pourrait conduire à une augmentation des prix et à une réduction du choix dans le secteur du matériel de sécurité.

Gemalto décline l'offre de reprise d'Atos d'un montant de 4,3 milliards d'euros. L'entreprise la qualifie de trop basse et affirme être mieux positionnée avec ses propres moyens pour une future croissance.

L'entreprise de sécurité numérique Gemalto va examiner l'offre qu'elle a reçue de son homologue Atos. Voilà ce qu'on a déclaré ce mardi au sein du groupe français coté à la Bourse d'Amsterdam. Il a dans ce but fait appel à des conseillers et à des banques.

Un tiers des sociétés ne cryptent pas leurs données de valeur, telles que les paiements ou les données clients. C'est ce que révèle une étude de la société de sécurité Gemalto. Les chercheurs parlent d'une trop grande confiance en la sécurité périmétrique.

En 2016, on a volé chaque jour quatre millions de données personnelles sur des sites web ou dans des entreprises. Annuellement, cela fait donc 1,4 milliard de données dérobées, ce qui représente une hausse de 86 pour cent par rapport à 2015. Voilà ce qui ressort d'un rapport de Gemalto, l'une des entreprises de pointe dans la sécurité numérique.