Tout sur FTC

Zoom a raconté des mensonges des mois durant sur la valeur de sa sécurité. L'entreprise a à présent conclu un arrangement avec le contrôleur américain à la consommation FTC.

L'ex-directeur de la sécurité d'Uber, Joseph Sullivan, est accusé d'avoir tu un piratage de l'appli de taxi en 2016. Ce piratage avait fait en sorte que les données personnelles de 57 millions de clients et de chauffeurs se retrouvèrent à la rue. Au lieu de révéler le piratage aux autorités, Sullivan avait décidé de se taire et de payer les pirates.

Le contrôleur américain Federal Trade Commission (FTC) envisage de s'en prendre au géant internet et technologique Facebook en raison des soucis concurrentiels provoqués par les applis de l'entreprise. Voilà ce que révèle le journal d'affaires The Wall Street Journal. A la bourse de Wall Street, le cours de l'action Facebook a sensiblement reculé après cette annonce.

Le ministère public de l'état de Californie s'est tourné vers la Justice pour contraindre Facebook à collaborer à l'enquête sur le respect de la vie privée visant l'entreprise. De documents ayant pris la clé des champs, il s'avérerait entre-temps que Facebook ait des années durant utilisé les données de ses utilisateurs comme une arme dirigée contre d'autres entreprises.

Facebook matérialise plus avant son projet de réunir sur le plan technique ses différentes plates-formes, à savoir Instagram, WhatsApp et Facebook Messenger. L'entreprise a ainsi commencé à relier les services de chat dans Instagram et Facebook Messenger.

D'après les rumeurs, l'amende infligée à Facebook pour les divers scandales en matière de respect de la vie privée aurait pu être beaucoup plus élevée. Le contrôleur américain FTC, avec qui Facebook a signé un arrangement d'un montant de 5 milliards de dollars, envisageait en effet une amende s'élevant à des dizaines de milliards de dollars, selon The Wall Street Journal.

L'autorité fédérale de régulation américaine a voté en faveur d'une amende de 5 milliards de dollars pour mettre fin, dans le cadre d'un accord à l'amiable, aux poursuites contre Facebook et ses manquements en matière de données personnelles, croit savoir vendredi le Wall Street Journal. Plusieurs scandales sont concernés par cette transaction financière, dont la fuite majeure de données vers Cambridge Analytica.