Tout sur émeutes

Le journal britannique The Guardian a mis en ligne sur son site web plusieurs photos vous permettant de visualiser de manière interactive les dégâts provoqués par les troubles des jours derniers.

Le fait que les vandales à Londres et dans d'autres villes britanniques communiquent via Blackberry Messenger a déjà été établi et semble toujours plus se confirmer. L'utilisation de la technologie mobile en général et des Blackberry en particulier risque cependant de revenir en plein visage des émeutiers comme une sorte de boomerang. La police pourrait en effet a posteriori utiliser les données envoyées en guise de preuve, comme l'ont déclaré des juristes à la BBC. Ce qui représente actuellement un handicap pour les services d'ordre pourrait bien se transformer par la suite en un atout.

Durant les émeutes qui ont touché les quartiers de l'est de Londres, quelques politiciens et commentateurs ont déjà fait savoir sans ambages qu'il fallait en chercher la cause dans l'utilisation des médias sociaux, tels Twitter et Blackberry Messenger. Troubles, destructions, pillages, émeutes ou révolution: aujourd'hui, l'on ne peut plus allumer sa télévision sans que soient prononcés ces mots, mais aussi ceux de Twitter et Facebook. L'effet de haut-parleur que les médias sociaux exercent dans ce genre de manifestations, ne peut plus être nié. Même si l'on estime aujourd'hui souvent que l'explication est à chercher auprès 'des médias sociaux' ou plus largement encore 'de la technologie' en tant qu'instigateur.