Tout sur ehealth

Le spécialiste IT médical Corilus rachète HealthConnect, connue pour ses logiciels pour les soins de santé, tels Hector et Vitalink, ainsi que pour ses projets eHealth.

L'idée de CareSquare a germé dans le sillage de projets en matière d'e-santé menés depuis 2005 au niveau régional (eHealth for Citizens) et européen (Oldes, FP6 et 7, etc.) par le Cetic notamment.

Ce lundi a eu lieu la table ronde consacrée à l'ICT dans les soins ('ICT in de zorg'). A cette occasion, les lignes directrices d'une stratégie eHealth flamande ont été délimitées dans un texte visionnaire. Elles impliquent entre autres que la Flandre entend devenir copropriétaire de la plate-forme e-Health fédérale.

La semaine dernière, les Pays-Bas ont collectivement rejeté le dossier électronique du patient (EPD). Ni les hôpitaux, ni les pharmaciens, ni les généralistes n'étaient enthousiastes. Quant au monde politique, il avait renoncé depuis assez longtemps déjà.

La sécurisation du dossier du patient, la collaboration incertaine entre les départements des hôpitaux et le piètre planning des examens sont les principales causes d'exaspération chez les malades. Voilà ce qui ressort d'un sondage effectué par IBM auprès de 750 Belges. Pour nombre de patients, le service presté dans un hôpital est inférieur à celui presté dans n'importe quel supermarché. Quasiment un tiers des personnes interrogées suggère que les prestataires de soins en Belgique partagent trop difficilement des informations sur les affections avec les patients. 42% des répondants estime anormal de devoir toujours se rendre physiquement chez leur médecin. Même la prise de rendez-vous en ligne est souvent impossible.

La plate-forme eHealth, le réseau électronique d'échange de données dans les soins de santé, est 'trop flamande'. Voilà du moins ce que déclare le parti Ecolo, par la voix de sa parlementaire Muriel Gerkens, dans Le Soir. Elle s'en prend aussi à Frank Robben , l'administrateur général. La critique va dans tous les sens. C'est ainsi que cinq des six postes-clés seraient réservés à des néerlandophones et qu'il n'y aurait pas toujours des médecins francophones dans l'équipe eHealth. De plus, Gerkens déplore le fait que Frank Robben ait la main mise sur la plate-forme depuis deux ans, soit depuis sa création.

Le Réseau Santé Wallon destiné à terme à relier tous les hôpitaux du sud du pays et à permettre de consulter le dossier des patients par tous les prestataires de soins autorisés, est opérationnel. Voilà ce que déclare Luc Nicolas, ICT for health projects manager du gouvernement fédéral, et que nous confirme Serge Bourgeois, chef de projet RSW. "Avant fin octobre, l'hôpital universitaire de Charleroi et le CHU Ambroise Paré de Mons seront prêts", explique Nicolas. "A partir de là, les citoyens et les médecins pourront aussi s'enregistrer via la plate-forme internet ouverte."

Les pouvoirs publics préparent actuellement une plate-forme eHealth en vue d'échanger par la voie électronique les données relatives à la santé. Les spécialistes médicaux réagissent positivement à cette initiative, nous apprend une enquête réalisée auprès de 1.400 spécialistes par le magazine 'de Specialisten/les Spécialistes'. Trois spécialistes sur cinq qualifient cette plate-forme de 'bonne' à 'très bonne'. Un cinquième ne prend pas position. Ce sont surtout les Néerlandophones qui y sont favorables.