Tout sur e-health

Une bonne nouvelle pour les startups médicales. Bientôt, elles pourront recourir en effet à un nouvel incubateur anversois ciblant spécifiquement l'e-santé.

Après le succès du projet-pilote, voici que le programme e-health Vitalink débute aujourd'hui même. Il devrait permettre de partager en toute sécurité les données médicales.

L'Agoria e-Health award 2013 a été décerné à un projet de la Heilig Hartziekenhuis de Tirlemont. Le projet ainsi récompensé permet de visualiser en ligne de manière numérisée des coupes du tissu humain.

MiMedication est une plate-forme en ligne grâce à laquelle les malades chroniques peuvent tenir à jour les symptômes qu'ils présentent et les médicaments qu'ils ont pris et en quelle quantité. "A l'ère health 2.0, tout tourne autour du patient 'empowered', qui assiste son médecin là où c'est possible."

Un important chapitre du Baromètre 2011 (usage de l'ICT en Wallonie), publié récemment par l'AWT, est consacré à l'informatique dans le secteur des soins de santé.

Le poste de travail clinique (KWS) de l'hôpital universitaire de Louvain (UZ Leuven), un progiciel de gestion des dossiers électroniques des patients, va être déployé dans sept autres cliniques. L'accord de collaboration, baptisé Nexuz Health, entend uniformiser la prestation de soins dans les différentes institutions

"Didier Bellens ferait mieux de se taire à propos des applications e-health sur Belgacom TV, déclare Frank Robben, administrateur général de la Banque-Carrefour. Il n'existe aucun accord pour que les patients aient accès à leurs données médicales via ce genre de plates-formes." Selon Robben, la TV numérique dans sa forme actuelle ne convient absolument pas à la sécurisation de données personnelles sur l'écran d'un téléviseur. "Comment être certain de l'identité de la personne devant l'écran? Quid d'un père par trop conservateur qui apprend ainsi que ses filles se font prescrire la pilule? Comment résoudre ce genre de choses?"