Tout sur Dexia

Le dossier de cession de la filiale informatique de l'ancien groupe Dexia n'en finit pas de traîner en longueur, alors que les négociations auraient dû aboutir fin juin. IBM reste désormais seul candidat.

La vente de la participation de l'Etat (53,5 pour cent) dans Belgacom pourrait rapporter 4 milliards d'euros aux autorités. C'est le montant que ces dernières ont accepté de payer pour sauver la Banque Dexia. Selon les journaux du groupe Corelio, le premier ministre démissionnaire Yves Leterme aurait fait cette suggestion aux négociateurs gouvernementaux, mais il dément. Ce lundi soir, Yves Leterme a participé à une réunion très attendue avec le formateur Elio Di Rupo (PS) et les six présidents de parti à propos du budget 2012. Il y a présenté le travail préparatoire réalisé par son gouvernement démissionnaire.

La filiale informatique du groupe Dexia, Dexia Technology Services (DTS), aurait reçu des garanties de continuité de ses activités informatiques pour la banque et l'assurance. Dexia Technology Services (DTS), c'est 500 personnes environ - essentiellement en Belgique, mais aussi au Luxembourg - qui prestent des services informatiques pour le groupe Dexia, surtout la banque et les assurances. Prestent ou plutôt prestaient puisque le groupe est désormais démantelé. Alors quid de ce client "privilégié"? En effet, DTS n'était pas concerné par l'accord de reprise par l'Etat belge de Dexia Banque, à l'instar des employés du Holding et de Dexia Asset Management.

Après avoir passé plus d'un an sur son plan de transformation, visant à consolider l'IT du groupe, Dexia se prépare à une nouvelle scission de ses opérations. En mars 2010 en effet, le groupe Dexia mettait en place un plan de transformation, impliquant notamment l'IT. Plan mis en oeuvre depuis mars 2011 sous la houlette d'André Vanden Camp, son chief operating officer (voir également Data News n° 13 du 2 septembre dernier). Dans le cadre de ce plan, l'infrastructure du groupe était consolidée à Luxembourg, sauf pour la filiale turque, tandis qu'un CIO - Peter Billiau - prenait en charge les développements et l'infrastructure.

Les entreprises cotées en Bourse éprouvent toujours plus de difficultés à faire face aux rumeurs qui circulent sur internet. Voilà ce qu'affirme François Heynderickx, professeur de média-sociologie à l'ULB. Le cours de l'action de la banque Dexia a ainsi reculé mardi matin jusqu'à 30 pour cent notamment suite à ce genre de rumeurs.

En poste depuis le début de l'été ad intérim, Danny Janssens vient d'être confirmé dans ses fonctions de chief executive officer de Dexia Technology Services, la filiale informatique du groupe Dexia.

Dexia va supprimer 665 postes au niveau du groupe, dont 385 en Belgique, au-delà des quelque 1.500 suppressions d'emploi déjà annoncées précédemment.

Départ d'Alain De Frenne, CEO de Dexia Technology Services, la filiale IT du groupe Dexia, remplacé ad intérim par Danny Janssens, et arrivée de Peter Billiau qui succède à Dirk Hoebeeck comme CIO de Dexia Groupe. L'informatique de Dexia dans la tourmente. L'information était connue depuis la mi-juin dernier: le CEO de Dexia Technology Services (DTS) était remercié. Il n'a pas tardé à être remplacé ad intérim par Danny Janssens, un ex-ING qu'avait emmené dans ses bagages André Vanden Camp lors de sa nomination en novembre 2009 comme chief operating officer (COO) IT & Ops et membre du comité de direction du groupe Dexia. Le départ d'Alain De Frenne a été relativement précipité, mais n'étonne pas les syndicats qui estimaient que l'organisation et le personnel avaient souffert d'une "succession de mauvaises décisions et d'objectifs irréalistes."

C'est finalement au prestataire liégeois de services informatiques NRB (Network Research Belgium) que le groupe financier belgo-français Dexia vient de céder sa participation dans Adinfo, fournisseur de services ICT aux pouvoirs locaux. L'information était connue depuis février dernier: le groupe Dexia était tenu par la Commission européenne de céder sa participation dans Adinfo, société qui fournit des services aux administrations (essentiellement) locales. Adinfo regroupait 3 sociétés: Cevi (surtout actif en Flandres occidentale et orientale), Logins (son homologue présent essentiellement à Anvers ainsi que dans le Limbourg et le Brabant flamand) et Adehis (fruit de la fusion entre WGH Informatique et Ciger). Soit 340 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 46 millions EUR.

Adinfo, la filiale ICT belge de Dexia que le groupe bancaire européen doit vendre, a attiré 5 acheteurs potentiels, dont deux Belges.