Tout sur cybercriminalité

Une étude de PwC sur les 'délits économiques' indique que plus de 50 pour cent des entreprises belges sont victimes de fraudes, alors que la cybercriminalité est plus élevée chez nous que dans le reste du monde.

Soixante pour cent des Belges ont été l'année dernière confrontés à la cybercriminalité. Voilà ce qu'annonce CERT.be, le cyber emergency team fédéral qui entend fournir à la population belge des informations sur la sécurité informatique.

Pour perpétrer des fraudes en matière de banking en ligne, les cybercriminels recourent de plus en plus au contact téléphonique avec leurs victimes, en combinaison avec du logiciel malfaisant, en vue d'exécuter des faux. Febelfin, à savoir la fédération belge du secteur, et la Federal Computer Crime Unit (FCCU) de la police belge insistent sur l'importance d'une plus grande conscientisation des utilisateurs de l'internetbanking en vue d'éviter la fraude online.

La police fédérale américaine met en garde contre le fait qu'à l'échelle mondiale, quelque 300.000 internautes pourraient perdre leur connexion internet à partir du mois de juillet, à l'expiration d'un système de sécurité temporaire mis en place contre un réseau de pirates informatiques.

Engager le combat contre le vol d'identités et la fraude en ligne, les cyber-attaques, l'exploitation sexuelle des enfants sur internet, et sécuriser les profils sur les réseaux sociaux tels Facebook. Le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité que la Commission européenne va créer, aura pas mal de tâches à assumer. C'est en janvier de l'an prochain que ce centre devrait être opérationnel.

La sécurité internet s'est améliorée en 2011. L'on a ainsi observé une diminution des problèmes de sécurité dans les applications, code d'abus et spam. Il en résulte que les criminels adaptent leur tactique.

En 2011, personne n'a été à l'abri d'attaques anti-sécurité, même pas les réseaux de jeux ou les entreprises de... sécurité. Les problèmes de sécurité s'étendent toujours plus au fil des ans et dépassent depuis longtemps déjà les agressions de virus et de spam (pourriels). Le malware (maliciel) est ainsi passé des systèmes informatiques bien connus aux machines individuelles. Le vol de données a évolué des cartes de banque aux comptes de jeux. L'on parle toujours plus de cyber-crime organisé, voire de cyber-conflit. Et aujourd'hui, la problématique gagne aussi progressivement les applications mobiles avec des applis mal intentionnées dans les magasins...

Des pirates se sont attaqués à neuf ambassades et consulats japonais. L'été dernier, leurs ordinateurs ont été contaminés par un virus. L'ambassade japonaise à La Haye faisait partie des victimes.