Tout sur Corée du Nord

Les autorités américaines vont poursuivre un présumé pirate nord-coréen. Cet homme, appelé Park Jin Hyok, est soupçonné d'être lié aux cyber-attaques lancées contre Sony Pictures et la banque centrale du Bangladesh. Il serait également à l'origine de la diffusion du rançongiciel (ransomware) WannaCry.

Les délits numériques reviennent toujours plus cher à l'économie mondiale. Leurs dommages à l'échelle internationale représentent chaque année 600 milliards de dollars (quelque 490 milliards d'euros après conversion), soit quasiment 1 pour cent de l'économie mondiale. Voilà ce qui ressort d'une enquête effectuée par l'entreprise de sécurité McAfee et le cabinet d'analystes CSIS.

Durant la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'Hiver, PyeongChang a été directement visé par une cyber-attaque. Voilà qui donne à réfléchir en sachant que le principal événement sportif actuel au monde constitue une cible privilégiée pour tous les hackers russes et nord-coréens entre autres. Comment faire pour se prémunir de ce genre d'attaque? Coup d'oeil en coulisses.

Des collaborateurs américains et mexicains de la Justice ont intercepté au Mexique un logiciel d'espionnage nord-coréen. La Justice mexicaine signale que le programme Fallchill (tel est son nom) était installé sur le serveur d'une entreprise télécom.

La Corée du Sud va prendre des mesures pour contrer les spéculations en matière d'argent virtuel tel le bitcoin. C'est ainsi que la véritable identité des acheteurs et des vendeurs devra être connue car les transactions anonymes seront dorénavant interdites. Et la plate-forme qui ne respectera pas les nouvelles règles, pourra être purement et simplement fermée.

2017 fut l'année au cours de laquelle le grand public fit connaissance avec le ransomware (rançongiciel). WannaCry agressa en effet des centaines de milliers d'ordinateurs et mit ainsi directement la sécurité à l'ordre du jour. A l'aide de quelques outils de la NSA. A présent que les choses se sont quelque peu décantées, les chercheurs en sécurité font le point.

Des pirates d'état nord-coréens prépareraient des attaques via Android, le système d'exploitation le plus utilisé au monde. Le malfamé groupe de hackers Lazarus, qui entretiendrait des liens avec l'état communiste, élargirait à présent son attention à la plate-forme mobile, selon l'entreprise de sécurité McAfee hier lundi.

Les cyber-attaques lancées par la Corée du Nord ciblent à présent les 'bitcoins exchanges' (plates-formes d'échange de bitcoins). Il n'y a rien d'illogique là-dedans, étant donné que cela pourrait permettre à ce pays de mettre la main sur davantage d'argent (utilisable).

Une centaine de CEO d'entreprises spécialisées en robotique et en intelligence artificielle ont appelé à une interdiction internationale des robots tueurs. Doit-on prendre au sérieux leur cri d'alarme? Et où en est cette technologie aujourd'hui déjà?

Selon une analyse linguistique effectuée par l'entreprise de sécurité Flashpoint, les textes dans le rançongiciel WannaCry auraient été écrits par des personnes ayant le chinois comme langue maternelle.

Le groupe de pirates Lazarus, soupçonné d'entretenir des liens avec la Corée du Nord, est très probablement à l'origine de la cyber-attaque basée sur le virus WannaCry à l'échelle mondiale. Voilà ce qu'affirme l'éditeur américain de logiciels antivirus Symantec. Précédemment déjà, certains indices menant à Lazarus avaient été découverts, mais des experts en cyber-sécurité avaient émis des doutes à ce propos.