Tout sur Citymesh

Cinq entreprises se sont enregistrées pour participer aux enchères des fréquences 5G et ce, dans le but de pouvoir mettre en oeuvre en Belgique un réseau mobile aux connexions 5G plus rapides. Voilà ce qu'annonce le régulateur télécom IBPT. Le cinquième et dernier candidat n'était pas connu jusqu'à présent, mais il s'agirait du liégeois NRB.

Le gouvernement fédéral a rédigé la réglementation pour l'arrivée d'un quatrième acteur télécom de manière telle que l'accès sera rendu plus malaisé pour les entreprises ayant la grande ambition d'être actives sur tous les fronts. Cela pourrait faire l'affaire de la belge Citymesh, qui cible en premier lieu les clients professionnels.

L'opérateur télécom Citymesh reprend Engie M2M. Il s'agit là de l'opérateur Sigfox belge qui exploite un réseau pour des projets Internet of Things (IoT) à faible bande passante et grande autonomie de la batterie.

L'acteur télécom professionnel Citymesh élargit nettement ses ambitions. Il entend en effet au cours de la prochaine décennie mettre en oeuvre un réseau national et pénétrer aussi le marché à la consommation. Il deviendra ainsi un nouveau concurrent de Proximus, Telenet et Orange.

Dans l'attente des enchères 5G, les opérateurs télécoms peuvent recourir à des licences d'utilisation temporaires. Mais Citymesh, la filiale de Cegeka, a finalement décidé de ne pas utiliser cette licence pour privilégier désormais son propre spectre.

Citymesh s'est assurée d'une licence 4G nationale. L'entreprise télécom d'Oostkamp fut le seul acteur à vouloir prendre part aux enchères du spectre encore libre dans la bande de fréquences 2,6 GHz. La tenue d'enchères par l'IBPT n'est par conséquent plus nécessaire: Citymesh pourra obtenir sa licence pour le montant initial prévu de 15 millions d'euros.