Tout sur cancer

Le réseau social belge des patients cancéreux Esperity va examiner comment les traitements pourraient être mieux adaptés au style de vie des patients. Cent personnes souffrant de différents types de cancer participeront à l'expérience. Les mesures s'effectueront en grande partie au moyen d'appareils appelés 'wearables'.

Deux Flamands sur trois recherchent des informations médicales sur internet. Voilà ce qui ressort d'une enquête effectuée par la KU Leuven, dont les premiers résultats ont été publiés dans la revue scientifique Eos.

Selon une étude danoise qui vient d'être publiée, il n'y aurait aucun lien entre l'utilisation d'un téléphone mobile et le cancer touchant le système nerveux central (dans le cerveau et la moelle épinière). Autrement dit, voici de quoi alimenter encore le débat sans fin à propos des risques pour la sante de la technologie mobile.

L'agence de recherche sur le cancer de l'organisation mondiale de la santé (OMS) en est arrivée à la conclusion qu'il n'est "pas impossible" que l'utilisation des téléphones mobiles soit nocive pour l'homme. Un groupe de 31 experts de l'agence a échangé pendant une semaine à Lyon des informations sur les effets cancérigènes possibles de l'utilisation du GSM pour en arriver à la conclusion très prudente que cette utilisation pourrait provoquer le cancer. Selon Jonathan Samet, président du groupe de travail, les experts se réfèrent à des études qui démontrent que l'utilisation du GSM provoque un risque accru de gliome. Il s'agit là d'une forme de cancer du cerveau qui est liée à la pratique consistant à coller en permanence le GSM contre la tête et à ne pas utiliser d'oreillette.