Tout sur APD

L'Autorité de protection des données (APD) ne s'oppose pas à une appli et à une base de données en vue de détecter les contaminations au corona, mais les deux propositions d'arrêtés royaux qui se trouvent à présent sur la table, doivent encore être clarifiées. Pour l'appli, le code-source doit ainsi toujours être publié à l'avance.

Quiconque souhaite utiliser FisconetPlus, une banque de données du SPF Finances, pour solliciter une réglementation fiscale, a besoin depuis l'année dernière d'un compte Microsoft. Comme la création d'un tel compte oblige l'utilisateur à décliner des données personnelles, le service public contrevient au GDPR européen. Voilà la conclusion tirée par l'Autorité de protection des données.