Tout sur Activision Blizzard

Des procureurs fédéraux et des régulateurs boursiers passent au crible les options prises par les milliardaires américains Barry Diller et David Geffen sur des actions d'Activision Blizzard en janvier, quelques jours seulement avant que l'éditeur de jeux vidéo ne marque son accord sur son rachat par Microsoft. Voilà ce que révèle The Wall Street Journal. Une enquête est en cours aussi sur Alexander von Furstenberg, fils de la créatrice de mode Diane von Furstenberg.

Même après le rachat de l'éditeur Activision Blizzard par Microsoft, le jeu vidéo populaire Call of Duty demeurera disponible pour la PlayStation de Sony. Cette promesse a été faite par Microsoft qui, avec la Xbox, possède une console de jeu concurrente.

Les nouvelles versions du jeu de tir populaire Call of Duty continueront en tout cas d'être commercialisées pour les consoles PlayStation durant les deux années à venir. Voilà ce que révèlent des initiés à l'agence de presse Bloomberg. La question se posait en effet, après que Microsoft ait annoncé la semaine dernière le rachat de l'éditeur de jeux Activision Blizzard. Or Microsoft produit la Xbox, une concurrente de la PlayStation de Sony.

Avec son acquisition planifiée d'Activision Blizzard pour le montant affolant de 67 milliards de dollars, Microsoft en est au plus important rachat de son histoire. Mais si on ratisse plus large dans le secteur technologique, ce n'est pas le plus onéreux. Aperçu.

Un groupe de quelque 150 collaborateurs d'Activision Blizzard exige le licenciement du directeur Bobby Kotick. Depuis des années déjà, ce dernier aurait en effet été au courant des accusations d'intimidation sexuelle au sein du producteur américain de jeux vidéo, connu entre autres pour World of Warcraft et Call of Duty. Le personnel a arrêté temporairement le travail en guise de protestation et s'est réuni devant les grilles du siège central d'Activision Blizzard dans la banlieue de Los Angeles.

Le CEO du producteur américain de jeux Activision Blizzard, Bobby Kotick, annonce l'arrivée de mesures anti-discrimination et dérives sexuelles sur le lieu de travail. Dans un courrier, plus de 2.600 membres du personnel avaient condamné la première réaction de la direction à un procès en Californie.