Filip Savat

L'assez grande dépendance de l'équipement privé des télétravailleurs offre aux cybercriminels de nouvelles opportunités de pirater les réseaux d'entreprise. Les employés peuvent eux-mêmes constituer une ligne de défense idéale, selon Filip Savat de Fortinet: 'Mais dans ce cas, il faut au sein des entreprises faire d'abord grand cas de la formation de 'security awareness' (prise de conscience sécuritaire).'

Sam Buyst

Google est mise sous pression à cause de sa domination sur le marché des recherches. Mais en matière de publicité en ligne, son omniprésence pose également problème. Et puis, il y a son manque de connaissance objective, selon Sam Buyst d'AdSomeNoise.

Kristof Van der Stadt

Le frais émoulu premier ministre Alexander De Croo a acquis pas mal de crédit dans le secteur ICT. "Mais c'est aussi une arme à double tranchant", écrit Kristof Van der Stadt, rédacteur en chef de Data News.

Bram Vanderborght

Dans le monde ICT, il existe souvent une grande diversité de nationalités en raison de la guerre des talents. C'est en général l'anglais qui est utilisé comme langue véhiculaire, mais le fait est qu'il n'y a encore guère de roboticiens et de programmeurs noirs. 'Il est temps de se livrer à une autoréflexion. Force est de reconnaître que notre communauté est capable de faire nettement mieux en matière d'inclusivité, estime le prof. dr. ir. Bram Vanderborght.

Carte blanche

Facebook a récemment bloqué 'par mégarde' une lettre ouverte rédigée par 800 professionnels des soins de santé. Ces derniers n'ont eu d'autre choix que d'attendre que le site de médias sociaux en ait terminé d'examiner l'incident. Ils eurent en fin de compte droit à un 'Excusez-nous, mais voyez, c'est déjà résolu', ce qui est largement insuffisant, selon Rob Heyman et Annelien Smets de l'imec-SMIT-VUB. Selon eux, un cadre s'avère nécessaire pour demander des explications ou rectifier plus rapidement des erreurs.

Carmina Coenen

L'accélération de la transformation numérique est l'un des effets non négligeables de la pandémie COVID-19. La soudaine épidémie et les mesures de confinement qui l'ont accompagnée ont démontré combien il est important de maîtriser les potentiels et les compétences numériques afin de préserver nos entreprises, l'économie et la société dans son ensemble. Nos modes de travail et d'apprentissage, eux aussi, ont été modifiés à jamais.

Pascal Tops

Le gouvernement fédéral vient d'annoncer la mise au point d'ici le mois de septembre d'une appli de détection de contacts, afin d'aider à juguler la propagation du covid-19. Il apparait cependant qu'à peine un peu plus d'un tiers des Belges (37%) sont prêts à installer une telle appli. 'Imaginez qu'on soit toujours aussi hésitant à mettre en oeuvre de nouvelles technologies et idées, que se passerait-il?', se demande Pascal Tops.

Nathalie Smuha

Le débat sur la discrimination porte aussi sur l'utilisation de la reconnaissance faciale par les services d'ordre. La juriste et philosophe Nathalie Smuha veut ici combattre certaines idées reçues : cette technologie n'est pas neutre et nous ne devons pas choisir exclusivement entre sécurité et protection de la vie privée.

Philippe Tailleur

Il y a quelques semaines, des comptables belges exprimaient leur préoccupation à propos d'une contamination possible par le coronavirus. Du coup, la Belgique a reporté la date-butoir de remise des déclarations TVA. 'Voilà qui souligne bien les limites de l'administration papier', estime Philippe Tailleur, directeur de la firme belge Horus Software. Selon lui, notre pays est aux prises avec un retard technologique en matière de gestion de l'administration et de suivi financier des entreprises.

Wouter Lips

Alors que beaucoup d'entreprises locales doivent fermer leurs portes en raison du coronavirus et que les lignes d'approvisionnement internationales de l'industrie manufacturière s'enlisent, les grandes firmes technologiques, elles, sont en train de prospérer comme jamais. Et c'est là où le bât blesse, estime le dr. Wouter Lips qui, à l'UGent, mène une recherche sur la fraude et l'évasion fiscales internationales: 'Il s'agit souvent des mêmes entreprises qui évitent depuis des années déjà de contribuer fiscalement au tissu social dans lequel elles opèrent.'

Wendy Van den Broeck

Maintenant qu'ils doivent garder leurs portes closes, nombre d'entrepreneurs font preuve de créativité pour continuer quand même d'avancer. Ce faisant, ils reçoivent l'aide d'un interlocuteur tout à fait inattendu: Facebook.

Erwin Verstraelen

'Nous accueillons à présent massivement la numérisation, parce qu'il le faut. D'ici le moment, où elle pourra être démantelée, elle sera entrée dans les moeurs et sera devenue la nouvelle normalité', affirme Erwin Verstraelen. Selon lui, nous devons par conséquent saisir la crise actuelle pour faire du filet de sécurité numérique d'aujourd'hui un fondement pour l'avenir. Dans la présente opinion, il invite les responsables à guider la société vers l'ère numérique dorée.

Laurens van Reijen

Malgré les restrictions sanitaires imposées ces quatre dernières semaines, le secteur technologique s'en tire plutôt bien en Belgique. Grâce à la numérisation croissante du travail, 92 pour cent des employés peuvent travailler à domicile. Il en résulte que le chômage technique est ramené à un minimum. Selon la fédération sectorielle Agoria, ce chômage temporaire au sein des secteurs numérique et télécoms flirte actuellement avec les 7 pour cent.

Data News Jobs