Red Hat est spécialisée dans le système d'exploitation open source Linux. Par ailleurs, l'entreprise propose un large éventail de plates-formes open source, dont la plate-forme de conteneurs OpenShift, la plate-forme applicative de middleware JBoss et la technologie d'automatisation d'Ansible. Red Had réalise un chiffre d'affaires de 2,9 milliards $. Ses revenus sont principalement générés par les abonnements de service et de support. Les produits open source sont en effet gratuits. Une communauté mondiale de développeurs représente le moteur de Red Hat.
...

Red Hat est spécialisée dans le système d'exploitation open source Linux. Par ailleurs, l'entreprise propose un large éventail de plates-formes open source, dont la plate-forme de conteneurs OpenShift, la plate-forme applicative de middleware JBoss et la technologie d'automatisation d'Ansible. Red Had réalise un chiffre d'affaires de 2,9 milliards $. Ses revenus sont principalement générés par les abonnements de service et de support. Les produits open source sont en effet gratuits. Une communauté mondiale de développeurs représente le moteur de Red Hat. Ces dernières années, l'open source a connu une progression impressionnante. Ainsi, le nombre d'utilisateurs a fortement augmenté, tandis qu'un nombre croissant d'entreprises - dont des géants tels que Google et Facebook - contribue au développement du marché open source. En son temps, Microsoft a été un virulent opposant, mais a fait un virage à 180 ° voici quelques années. Via Azure, l'éditeur est devenu un fournisseur cloud résolument favorable aux possibilités offertes par l'open source. Du coup, son portefeuille de services et d'intégrations s'est sensiblement élargi. C'est ainsi que l'application de conteneur Red Hat OpenShift sur Azure permet aux entreprises de migrer des applications en toute sécurité entre l'infrastructure maison et le cloud. " Le partenariat avec Microsoft est crucial, estime Margaret Dawson, VP Portfolio Product Marketing chez Red Hat. Nous ne nourrissons aucune ambition comme fournisseur de cloud, mais proposons une technologie offrant une véritable plus-value. De son côté, Microsoft nous apporte une vaste expérience opérationnelle. Cette collaboration induit une fertilisation croisée intéressante. " Ce sont précisément ces mêmes arguments qui ont été avancés voici quelques semaines par IBM lors de l'annonce du rachat de Red Hat. IBM a l'ambition de se développer pour devenir le principal fournisseur de services cloud. A cet égard, l'open source - et donc aussi Red Hat - joue un rôle clé. Longtemps, l'open source a été associé à une certaine réticence dans le domaine de la sécurité. Or à une époque où la conformité et la cybersécurité font la une, la popularité croissante des applications open source paraît remarquable. " La conformité implique l'obligation de faire du reporting sur l'endroit où sont stockées les données et qui y a accès, explique Margaret Dawson. Or la transparence est l'une des caractéristiques de l'open source. Vous êtes ouvert sur la manière dont la technologie est utilisée et sur le mode de reporting. Mais le type de données qui sont traitées reste en interne. " Est-ce là la véritable force de l'open source ? " De nombreuses entreprises ont longtemps pensé qu'elles disposeraient de plus de pouvoir et de sécurité si elles traitaient elles-mêmes l'ensemble des informations. Or la force du modèle ouvert réside précisément dans sa capacité à partager l'information, ce qui permet aux personnes d'apporter davantage de valeur. Notre communauté aide à résoudre les problèmes et à faire évoluer les applications. Mieux encore, elle veillera à éviter que les problèmes se répètent à l'avenir. Au lieu de tout devoir faire avec une équipe IT interne de 5 collaborateurs, vous recevez le soutien d'une communauté tout entière. Vous n'abandonnez pas votre contrôle, mais permettez vraiment d'être aux commandes. " Lorsqu'il est question de transformation numérique, la migration cloud s'invite automatiquement dans le débat. Red Hat considère le passage au cloud comme une évolution tactique du processus de transformation. " Certaines entreprises misent aveuglément sur une stratégie 'cloud-first'. Il s'agit aujourd'hui pratiquement d'une idée fixe, constate encore Margaret Dawson. Nous étudions avec le client pourquoi il choisit le cloud, comment il procède et les objectifs qu'il vise. La réponse que l'on entend souvent à la question du 'pourquoi' est la réduction des coûts. Or celle-ci peut être une déception si aucune stratégie précise n'est mise en place. " Aujourd'hui, Red Hat est très présente dans le secteur public. Ce succès manifeste de l'open source dans des services publics fortement hiérarchisés s'explique selon Red Hat par différentes raisons. Ainsi, les administrations publiques répondraient à une demande de leurs 'stakeholders' et voient les solutions open source comme une réponse majeure face à la guerre des talents. En effet, les développeurs de qualité sont souvent réticents face à une culture fermée. Par ailleurs, Red Hat met l'accent sur une relation à long terme avec de grands acteurs du secteur des télécoms. " Lorsque ces entreprises s'intéressent notamment au cloud et à l'IoT, nous sommes à leurs côtés, précise Margaret Dawson. Nous construisons ensemble les plates-formes. Nous leur vendons en direct ou en indirect. C'est une relation à encourager. "