Si le concept d''intent-based networking' n'est pas encore très connu, il porte sur une extension du 'software-defined networking'. Soit une nouvelle architecture de réseau où les réseaux sans fil et câblés sont automatiquement définis et se règlent automatiquement en fonction des besoins du moment.

Cette année, Cisco étend cette notion au cloud public avec ACI Anywhere, l''application centric infrastructure' de Cisco pour le centre de données qui est désormais aussi disponible dans AWS et Azure. L'HyperFex Anywhere doit permettre à la convergence multi-cloud proposée par Cisco de s'appliquer également aux bureaux locaux et aux environnements de travail distants, spécifiquement pour des applications au niveau 'edge'.

Pour sa part, la Cloudcenter Suite offre des améliorations en termes de gestion du cycle de vie des applications entre des clouds différents. Face aux modèles flexibles des clients, Cisco promet surtout de simplifier l'achat et la gestion de technologies (de Cisco) via une seule et même convention d'entreprise.

Cette architecture est-elle déjà un succès en Belgique ? Durant une table ronde avec plusieurs CIO belges dont vous pourrez lire le compte-rendu ailleurs dans ce numéro, l'enthousiasme n'était pas particulièrement extraordinaire. Même si c'est encore un peu tôt. Arnaud Spirlet, depuis un peu moins de 2 ans directeur général de Cisco Belux, se veut optimiste. " Par le passé, la Belgique était un pays conservateur où l'adoption était plus lente qu'aux Pays-Bas par exemple. Mais désormais, l'activité demande une telle transformation que l'accent se déplace vers le 'software-defined', vers le cloud et vers la sécurité. Reste que les budgets ne suivent pas toujours, car les entreprises se demandent toujours comment faire plus avec moins. "

ARNAUD SPIRLET, directeur général de Cisco Belux.

Spécialistes en 'policies'

Toujours selon Sprilet, la transformation numérique va obliger à aborder l'IT autrement. " Dès lors, l'automatisation va s'imposer comme une priorité, avec une approche 'policy-based'. L'évolution a commencé voici 15 ans déjà avec l'Active Directory, le SDA ou 'software-defined access' ou encore les communications unifiées. Désormais, une couche d'abstraction s'ajoute au-dessus de l'infrastructure pure. "

Cette automatisation implique de nouvelles compétences. " Il faut aujourd'hui des personnes qui écrivent des 'policies' pour s'assurer que les communications entre le réseau et le centre de données et vice-versa soient sécurisées. Or les compétences constituent souvent un frein. Nous n'avons aujourd'hui aucun client qui compte un spécialiste en 'policies' dans son équipe IT, ce qui ralentit le développement. "

Cloud privé en Belgique

Dans notre pays, Spirlet mise sur les activités en cloud privé. " Notre nouvel ACI s'impose souvent dans les clouds privés et les centres de données locaux, car il existe toujours des secteurs où la migration vers un cloud public reste sensible. Songez aux dossiers patients des hôpitaux. Dans le même temps, des charges de travail moins sensibles vont exploiter la puissance des clouds publics. Pour nous, le défi consiste à gérer l'ensemble au sein d'un environnement transparent. "

Selon Sprilet, cette tendance fait évoluer le rôle de Cisco. " Autrefois, nous étions plutôt le plombier de l'IT. Désormais, nous nous situons dans la couche d'abstraction en offrant de l'orchestration et de l'automatisation avec comme objectif de simplifier les tâches IT au quotidien. "

Le 'software-defined' et l'automatisation impliquent par ailleurs que le matériel n'est désormais plus central. " Nous sommes au milieu du gué, entre le matériel et le logiciel en somme, explique Hugues De Pra, chief technology & transformation officer de Cisco Belux. Or si la qualité de votre wi-fi est mauvaise, le logiciel n'apportera pas la solution. Il est certes possible de tout virtualiser, mais il faudra toujours une 'boîte' pour assurer la gestion. " Et de faire référence à Google qui planche sur du matériel en 'white label'. " Presque tout le monde en revient désormais, même si le matériel est toujours plus une commodité. "

Or l'objectif final est du matériel performant sur du logiciel en constante évolution. " Pour du matériel, il faut compter de 18 à 24 mois pour le terminer, alors qu'un logiciel peut être livré en 3 à 6 mois. Les clients reçoivent donc une réponse plus rapide à leur demande ", estime De Pra.

Hackathon

Non seulement les produits sont adaptés, mais l'approche même du client oblige Cisco à agir autrement. Spirlet : " Autrefois, nous invitions le client dans notre 'executive briefing center' à San Jose ou à Londres, mais nous pensons que cette manière de faire appartiendra bientôt au passé. Hugues a investi massivement dans le Cisco Innovation Studio où nous appliquons la philosophie du hackathon. Au lieu de présenter de grands produits et de faire des présentations, nous collaborons intensivement durant 3 jours avec le client en 3 phases : idée, prototype et déploiement. Pour ce faire, nous utilisons des outils Cisco pour élaborer une feuille de route sur mesure pour le client. "

David Goeckeler, vice-président exécutif et directeur général de l'entité réseaux et sécurité professionnelle, dévoile la prochaine étape de l''intent-based networking'.