La passion pour l'IT de Ségolène Martin a évolué progressivement. Elle n'a pas suivi de formation technique, mais a étudié les sciences politiques et a décroché un MBA. "Au début de ma carrière, je me suis surtout occupée d'innovations, ce qui fait que je suis entrée en contact avec différentes formes de technologie", déclare Ségolène Martin. En 2015, elle créa Kantify, qui développe des solutions AI pour les entreprises et est surtout active dans le secteur de la santé. L'entreprise annonça une primeur mondiale capable de prévoir les troubles du rythme cardiaque, et a récemment lancé une technologie AI révolutionnaire pour les découvertes pharmaceutiques.
...

La passion pour l'IT de Ségolène Martin a évolué progressivement. Elle n'a pas suivi de formation technique, mais a étudié les sciences politiques et a décroché un MBA. "Au début de ma carrière, je me suis surtout occupée d'innovations, ce qui fait que je suis entrée en contact avec différentes formes de technologie", déclare Ségolène Martin. En 2015, elle créa Kantify, qui développe des solutions AI pour les entreprises et est surtout active dans le secteur de la santé. L'entreprise annonça une primeur mondiale capable de prévoir les troubles du rythme cardiaque, et a récemment lancé une technologie AI révolutionnaire pour les découvertes pharmaceutiques. La nomination pour la Young ICT Lady of the Year offrit à Ségolène Martin, CEO de Kantify, une réelle visibilité et l'opportunité de rencontrer de nouvelles personnes et ce, tant auprès du jury qu'au sein des autres nominées. "Je fus impressionnée que des femmes aussi jeunes soient déjà arrivées si loin dans leur trajet de carrière. C'était enrichissant. En même temps, cette nomination fut aussi une reconnaissance de mes prestations tant personnelles que professionnelles." Ces dernières années, Kantify a crû fortement. L'équipe s'est étoffée, alors que les possibilités de l'AI se faisaient mieux connaître. Ségolène apprécie sa liberté d'entrepreneuse. "Je peux créer un environnement dans lequel je m'entoure de collaborateurs qui partagent mes valeurs, mon éthique au travail et mes ambitions. C'est également là le conseil que je prodigue aux futurs entrepreneurs. Posez-vous la question de savoir ce que vous trouvez important et ce que vous êtes prêt à faire pour réaliser vos ambitions. Chaque jour, je me réjouis du travail accompli, parce que je peux faire ce que je veux. Kantify utilise l'intelligence artificielle pour créer des applications pour les soins de santé. C'est formidable d'améliorer la vie des gens au moyen de l'AI." Elle apprécie aussi le trajet parcouru. "Kantify est une jeune pousse dynamique. Les solutions AI évoluent vite. Le contexte dans lequel nous travaillons, est palpitant. Nous capitalisons sur une stratégie à long terme, tout en étant confrontés chaque jour à des nouveautés." Le recrutement de talent constitue, selon elle, le principal défi à relever par le secteur IT. "Il existe un grand besoin de collaborateurs adéquats, devant encore être formés et ce, non seulement à l'université, mais aussi au travail. Si nous voulons maintenir la Belgique sur la carte, nous devons investir davantage dans la formation." Elle plaide aussi pour plus de diversité. "Je ne parle pas seulement des femmes. La diversité aidera les entreprises à agrandir le vivier des candidats." Même si les femmes dans l'ICT sont encore et toujours une minorité, Ségolène Martin distingue néanmoins une évolution positive. "Durant la semaine de l'AI, j'ai appris que plus de 10% des fondateurs d'entreprises AI sont des femmes. C'est plus que j'attendais. Des initiatives comme la Young ICT Lady et l'ICT Woman sont importantes. Elles démontrent qu'en tant que femme, il est possible de faire carrière comme entrepreneur. Mon trajet montre aussi que l'ICT n'est pas uniquement accessible aux personnes ayant fait des études en sciences informatiques, mais aussi à celles ayant suivi d'autres filières. Il s'agit là d'un important message." Elle consacre une grande partie de son temps libre à son enfant. "J'aime la nature et j'adore faire de longues randonnées dans les bois. C'est là un bon passe-temps en cette période de corona."