Vous ne le savez peut-être pas, mais le cloud public est la forme dominante d'infrastructure informatique depuis déjà un certain temps. Selon l'International Data Corporation (IDC), les dépenses réalisées dans le cadre de l'infrastructure informatique de cloud public ont pour la première fois dépassé le niveau des dépenses en infrastructure informatique non cloud au deuxième trimestre 2020, atteignant 14,1 milliards de dollars.

L'utilisation du cloud public a longtemps été la stratégie TIC préférée des divisions commerciales : lorsqu'elles souhaitaient passer rapidement à la vitesse supérieure, elles se tournaient vers un fournisseur de cloud public ou de SaaS pour effectuer le travail rapidement et facilement. Aujourd'hui, les conséquences en sont encore visibles. Même si le département TIC a en grande partie repris le contrôle de l'ensemble de l'infrastructure TIC, tant sur site que dans le cloud, nous constatons encore que de nombreux fournisseurs de cloud différents sont utilisés par plusieurs départements commerciaux à des fins variées. Et il n'existe pas d'instance centrale régissant les dépenses de cloud dans l'ensemble de l'organisation.

Nous constatons qu'environ 30 % des dépenses annuelles en matière de cloud sont gaspillées dans des ressources inutilisées ou sous-utilisées, ainsi que dans des modèles de tarification très coûteux, de type " pay-as-you-go " ou " à la demande ". Une triste tendance, qui peut heureusement être inversée, grâce à FinOps.

FinOps à la rescousse

FinOps est une pratique relativement nouvelle qui consiste à améliorer la visibilité et à apporter une responsabilité financière au modèle de dépenses variables du cloud, selon la Fondation FinOps. En substance, les services financiers et informatiques développent une série de bonnes pratiques pour mesurer, quantifier et fournir un aperçu des coûts associés aux comportements d'utilisation du cloud. Tout comme il est important de mesurer les coûts de matériel en fonction du coût total de possession plutôt qu'en fonction des coûts d'achat brut, ces meilleures pratiques s'articulent autour de trois vecteurs : vitesse/performance, qualité et coût. L'objectif est de créer un modèle d'allocation du cloud pour aider les équipes d'application à comprendre et à dimensionner leur utilisation du cloud, avec la possibilité de facturer les équipes individuelles.

Comme pour DevOps, les développeurs et autres professionnels de l'informatique doivent comprendre l'impact de ce qu'ils font sur d'autres niveaux, plus précisément dans ce cas : l'impact financier de chaque décision. Si davantage de DevOps savaient qu'ils peuvent consommer les ressources du cloud plus efficacement, en équilibrant les considérations financières et les préoccupations opérationnelles et architecturales, et ce sans investissement important en temps et en efforts, ils le feraient très certainement.

De nombreuses entreprises mettent donc en place une équipe FinOps qui peut fournir les bonnes informations à ces développeurs, entre autres. Ils peuvent évaluer les dépenses et les coûts actuels, calculer l'impact de chaque décision et prendre en compte les offres spéciales proposées par les fournisseurs de cloud afin de mieux contrôler les coûts.

Source : Finops.org

Il n'est pas évident qu'il est plus facile de fournir ces informations à chaque unité commerciale et de négocier les meilleures offres avec les fournisseurs de services de cloud sur la base de ces informations. Cela nécessite une vue centralisée et consolidée de toutes les dépenses liées au cloud dans l'ensemble de l'entreprise et une compréhension approfondie de l'impact de chaque décision de réaffectation de la charge de travail ou des applications à de nouveaux fournisseurs de cloud. Ce n'est possible qu'avec une plateforme unifiée sous-jacente qui consolide toutes les données pertinentes sur ce qui est déployé, où et à quel coût.

C'est exactement ce que le portfolio Spot FinOps de Netapp, y compris sa dernière acquisition de Cloudcheckr, peut offrir. Elle apportera aux équipes opérationnelles, aux responsables du budget et aux équipes commerciales une solution intégrée qui leur permettra de travailler ensemble pour planifier, gérer et optimiser les coûts du cloud afin de s'assurer qu'ils tirent le meilleur parti de leur investissement dans le cloud. Les équipes financières pourront consulter des rapports pertinents sur les coûts de tous leurs déploiements dans le cloud et ventiler ces coûts entre les départements et les clients, tandis que les équipes opérationnelles pourront voir où et comment elles peuvent réduire les coûts et déployer l'automatisation pour optimiser ces coûts en permanence, le tout dans une suite FinOps intégrée.

Comprenez-vous les dangers du gaspillage du cloud et son impact sur les coûts ? Votre équipe FinOps parvient-elle à concilier tous les besoins, les exigences techniques et les décisions architecturales ainsi que l'impact financier ? Et, last but not least, disposez-vous d'une plateforme fiable et pertinente qui vous fournit toutes les données nécessaires ? Si oui, vous serez réellement en mesure d'élaborer une stratégie puissante en matière de cloud qui vous permettra d'évoluer sans jamais perdre de vue les coûts.

Vous souhaitez en savoir plus sur la manière dont NetApp peut vous aider à mettre en oeuvre une stratégie FinOps ? Consultez notre blog.

Vous ne le savez peut-être pas, mais le cloud public est la forme dominante d'infrastructure informatique depuis déjà un certain temps. Selon l'International Data Corporation (IDC), les dépenses réalisées dans le cadre de l'infrastructure informatique de cloud public ont pour la première fois dépassé le niveau des dépenses en infrastructure informatique non cloud au deuxième trimestre 2020, atteignant 14,1 milliards de dollars. L'utilisation du cloud public a longtemps été la stratégie TIC préférée des divisions commerciales : lorsqu'elles souhaitaient passer rapidement à la vitesse supérieure, elles se tournaient vers un fournisseur de cloud public ou de SaaS pour effectuer le travail rapidement et facilement. Aujourd'hui, les conséquences en sont encore visibles. Même si le département TIC a en grande partie repris le contrôle de l'ensemble de l'infrastructure TIC, tant sur site que dans le cloud, nous constatons encore que de nombreux fournisseurs de cloud différents sont utilisés par plusieurs départements commerciaux à des fins variées. Et il n'existe pas d'instance centrale régissant les dépenses de cloud dans l'ensemble de l'organisation. Nous constatons qu'environ 30 % des dépenses annuelles en matière de cloud sont gaspillées dans des ressources inutilisées ou sous-utilisées, ainsi que dans des modèles de tarification très coûteux, de type " pay-as-you-go " ou " à la demande ". Une triste tendance, qui peut heureusement être inversée, grâce à FinOps.FinOps est une pratique relativement nouvelle qui consiste à améliorer la visibilité et à apporter une responsabilité financière au modèle de dépenses variables du cloud, selon la Fondation FinOps. En substance, les services financiers et informatiques développent une série de bonnes pratiques pour mesurer, quantifier et fournir un aperçu des coûts associés aux comportements d'utilisation du cloud. Tout comme il est important de mesurer les coûts de matériel en fonction du coût total de possession plutôt qu'en fonction des coûts d'achat brut, ces meilleures pratiques s'articulent autour de trois vecteurs : vitesse/performance, qualité et coût. L'objectif est de créer un modèle d'allocation du cloud pour aider les équipes d'application à comprendre et à dimensionner leur utilisation du cloud, avec la possibilité de facturer les équipes individuelles.Comme pour DevOps, les développeurs et autres professionnels de l'informatique doivent comprendre l'impact de ce qu'ils font sur d'autres niveaux, plus précisément dans ce cas : l'impact financier de chaque décision. Si davantage de DevOps savaient qu'ils peuvent consommer les ressources du cloud plus efficacement, en équilibrant les considérations financières et les préoccupations opérationnelles et architecturales, et ce sans investissement important en temps et en efforts, ils le feraient très certainement. De nombreuses entreprises mettent donc en place une équipe FinOps qui peut fournir les bonnes informations à ces développeurs, entre autres. Ils peuvent évaluer les dépenses et les coûts actuels, calculer l'impact de chaque décision et prendre en compte les offres spéciales proposées par les fournisseurs de cloud afin de mieux contrôler les coûts.Il n'est pas évident qu'il est plus facile de fournir ces informations à chaque unité commerciale et de négocier les meilleures offres avec les fournisseurs de services de cloud sur la base de ces informations. Cela nécessite une vue centralisée et consolidée de toutes les dépenses liées au cloud dans l'ensemble de l'entreprise et une compréhension approfondie de l'impact de chaque décision de réaffectation de la charge de travail ou des applications à de nouveaux fournisseurs de cloud. Ce n'est possible qu'avec une plateforme unifiée sous-jacente qui consolide toutes les données pertinentes sur ce qui est déployé, où et à quel coût.C'est exactement ce que le portfolio Spot FinOps de Netapp, y compris sa dernière acquisition de Cloudcheckr, peut offrir. Elle apportera aux équipes opérationnelles, aux responsables du budget et aux équipes commerciales une solution intégrée qui leur permettra de travailler ensemble pour planifier, gérer et optimiser les coûts du cloud afin de s'assurer qu'ils tirent le meilleur parti de leur investissement dans le cloud. Les équipes financières pourront consulter des rapports pertinents sur les coûts de tous leurs déploiements dans le cloud et ventiler ces coûts entre les départements et les clients, tandis que les équipes opérationnelles pourront voir où et comment elles peuvent réduire les coûts et déployer l'automatisation pour optimiser ces coûts en permanence, le tout dans une suite FinOps intégrée. Comprenez-vous les dangers du gaspillage du cloud et son impact sur les coûts ? Votre équipe FinOps parvient-elle à concilier tous les besoins, les exigences techniques et les décisions architecturales ainsi que l'impact financier ? Et, last but not least, disposez-vous d'une plateforme fiable et pertinente qui vous fournit toutes les données nécessaires ? Si oui, vous serez réellement en mesure d'élaborer une stratégie puissante en matière de cloud qui vous permettra d'évoluer sans jamais perdre de vue les coûts.