Ce n'est pas parce que cela fonctionne mieux que nous sommes prêts à continuer de travailler ainsi: telle est en quelque sorte la conclusion d'une enquête effectuée par Telenet auprès de plus de 1.500 Belges, dont quelque 500 travaillant partiellement à la maison. Plus de 2 sur 5, soit 42 pour cent, des personnes ayant eu recours au télétravail ces deux derniers mois, ont pu constater que les visioconférences sont plus efficientes que les réunions physiques. Il n'empêche que seul un peu plus d'un sur cinq (24 pour cent) préfère les réunions en ligne que les réunions bien réelles.

Il ne faut pas en chercher loin les raisons. Avant tout, il nous manque le contact social direct avec les autres, ce qui avait déjà été souligné du reste par des enquêtes précédentes, telles la dernière enquête de Data News sur les salaires. Autre raison importante: nous ne nous sentons pas tous à l'aise dans les réunions vidéo. 1 Belge interrogé sur 3 n'apprécie pas d'activer sa caméra. D'un autre côté, 1 Belge sur 3 déclare aimer voir ce qui se passe chez ses collègues. Et un peu moins d'1 sur 3 s'indigne que des collègues refusent d'activer leur webcam.

Il existe donc une relation amour-haine avec la caméra, ce qui correspond souvent aussi aux irritations que chaque télétravailleur peut connaître. Comme lorsque des collègues ne coupent pas leur micro par exemple (ce qui agace 53 pour cent des télétravailleurs). 60 pour cent de ceux/celles qui ont travaillé à domicile ces derniers mois, évoquent aussi des problèmes de qualité sonore. La moitié se plaint en outre de problèmes d'image, alors que 39 pour cent prétendent que des participants ne se manifestent pas toujours (facilement) dans les réunions vidéo. Un peu moins d'un sur cinq (19 pour cent) avoue par contre ne pas éprouver la moindre difficulté. Si le télétravail persiste vraiment, il y a donc encore pas mal de pain sur la planche au niveau de l'optimisation des visioconférences.

Ce n'est pas parce que cela fonctionne mieux que nous sommes prêts à continuer de travailler ainsi: telle est en quelque sorte la conclusion d'une enquête effectuée par Telenet auprès de plus de 1.500 Belges, dont quelque 500 travaillant partiellement à la maison. Plus de 2 sur 5, soit 42 pour cent, des personnes ayant eu recours au télétravail ces deux derniers mois, ont pu constater que les visioconférences sont plus efficientes que les réunions physiques. Il n'empêche que seul un peu plus d'un sur cinq (24 pour cent) préfère les réunions en ligne que les réunions bien réelles.Il ne faut pas en chercher loin les raisons. Avant tout, il nous manque le contact social direct avec les autres, ce qui avait déjà été souligné du reste par des enquêtes précédentes, telles la dernière enquête de Data News sur les salaires. Autre raison importante: nous ne nous sentons pas tous à l'aise dans les réunions vidéo. 1 Belge interrogé sur 3 n'apprécie pas d'activer sa caméra. D'un autre côté, 1 Belge sur 3 déclare aimer voir ce qui se passe chez ses collègues. Et un peu moins d'1 sur 3 s'indigne que des collègues refusent d'activer leur webcam.Il existe donc une relation amour-haine avec la caméra, ce qui correspond souvent aussi aux irritations que chaque télétravailleur peut connaître. Comme lorsque des collègues ne coupent pas leur micro par exemple (ce qui agace 53 pour cent des télétravailleurs). 60 pour cent de ceux/celles qui ont travaillé à domicile ces derniers mois, évoquent aussi des problèmes de qualité sonore. La moitié se plaint en outre de problèmes d'image, alors que 39 pour cent prétendent que des participants ne se manifestent pas toujours (facilement) dans les réunions vidéo. Un peu moins d'un sur cinq (19 pour cent) avoue par contre ne pas éprouver la moindre difficulté. Si le télétravail persiste vraiment, il y a donc encore pas mal de pain sur la planche au niveau de l'optimisation des visioconférences.