"La centralisation à Breda était un choix stratégique pour atteindre davantage de synergies au Benelux", explique Dirk Thomaere, general manager de Toshiba Benelux, "nous en récoltons les fruits, une année plus tard. Notre part de marché s'exprime en deux chiffres désormais, à savoir 14 pour cent, comme nous l'avions espéré, et la satisfaction du client a augmenté. Nous avons reçu 15 pour cent de plaintes en moins et lors d'un sondage effectué auprrès des revendeurs, Toshiba décroche la deuxième place au classement des 'vendeurs préférés'."Depuis 2004, le nombre de revendeurs a crû de moitié chez Toshiba. Thomaere explique que le but est de doubler le nombre actuel de partenaires (600 à 700). Dans ce but, l'entreprise lance un progremme de partenaires spécifique. Cela implique notamment davantage d'incitants financiers, le support d'un account manager spécifique et des sessions d'information régulières. Thomaere: "Les ventes en nombre d'unités ont augmenté de soixante pour cent, mais comme le prix des produits diminue, notre chiffre d'affaires n'a pas connu le même 'boom'."

"La centralisation à Breda était un choix stratégique pour atteindre davantage de synergies au Benelux", explique Dirk Thomaere, general manager de Toshiba Benelux, "nous en récoltons les fruits, une année plus tard. Notre part de marché s'exprime en deux chiffres désormais, à savoir 14 pour cent, comme nous l'avions espéré, et la satisfaction du client a augmenté. Nous avons reçu 15 pour cent de plaintes en moins et lors d'un sondage effectué auprrès des revendeurs, Toshiba décroche la deuxième place au classement des 'vendeurs préférés'."Depuis 2004, le nombre de revendeurs a crû de moitié chez Toshiba. Thomaere explique que le but est de doubler le nombre actuel de partenaires (600 à 700). Dans ce but, l'entreprise lance un progremme de partenaires spécifique. Cela implique notamment davantage d'incitants financiers, le support d'un account manager spécifique et des sessions d'information régulières. Thomaere: "Les ventes en nombre d'unités ont augmenté de soixante pour cent, mais comme le prix des produits diminue, notre chiffre d'affaires n'a pas connu le même 'boom'."