Tim Cook affirme qu'il se fait davantage de soucis à propos de l'iPhone que des utilisateurs d'ordinateurs Mac de son entreprise: 'Vous avez un téléphone en poche que vous voulez pouvoir utiliser à tout moment.' Pour pouvoir garantir la sécurité de l'utilisateur, il faut par conséquent, selon le directeur d'Apple, des règles assez strictes, comme un système hermétique (rendre impossible l'installation d'applis mobiles en dehors de l'App Store). 'Mais la quantité d'iPhone sur le marché joue également un rôle', prétend Cook. Apple a vendu plus d'un milliard de téléphones mobiles depuis l'introduction de l'iPhone, il y a quasiment quatorze ans.

Disproportionnée

Pour sa part, Epic juge disproportionnée la commission de trente pour cent maximum réclamée par Apple sur toutes les ventes d'applis, d'abonnements et d'achats 'in-app'. L'entreprise a comparé la situation au Mac, où les utilisateurs peuvent aussi télécharger des programmes en dehors du magasin de logiciels spécial d'Apple. Or Cook estime que ce n'est pas du tout comparable. Précédemment, Craig Federighi, qui s'occupe du développement des logiciels chez Apple, avait adopté un point de vue identique.

Lisez aussi: Démarrage du procès opposant Apple à Epic Games

L'année dernière, Epic avait décidé d'activer un système de paiement personnel pour le jeu populaire Fortnite, ce qui enfreignait les règles de l'App Store. Lorsqu'Apple réagit en éjectant le jeu de son magasin de logiciels, Epic accusa Apple de comportement monopolistique et annonça lui avoir intenté un procès.

Ces derniers temps, Apple est de plus en plus critiquée à cause des règles appliquées dans l'App Store. Dans plusieurs pays, des contrôleurs se penchent sur cette question. La Commission européenne affirma récemment encore qu'Apple privilégiait son propre service de diffusion musicale Apple Music à ceux de ses concurrents tels Spotify.

Tim Cook affirme qu'il se fait davantage de soucis à propos de l'iPhone que des utilisateurs d'ordinateurs Mac de son entreprise: 'Vous avez un téléphone en poche que vous voulez pouvoir utiliser à tout moment.' Pour pouvoir garantir la sécurité de l'utilisateur, il faut par conséquent, selon le directeur d'Apple, des règles assez strictes, comme un système hermétique (rendre impossible l'installation d'applis mobiles en dehors de l'App Store). 'Mais la quantité d'iPhone sur le marché joue également un rôle', prétend Cook. Apple a vendu plus d'un milliard de téléphones mobiles depuis l'introduction de l'iPhone, il y a quasiment quatorze ans.Pour sa part, Epic juge disproportionnée la commission de trente pour cent maximum réclamée par Apple sur toutes les ventes d'applis, d'abonnements et d'achats 'in-app'. L'entreprise a comparé la situation au Mac, où les utilisateurs peuvent aussi télécharger des programmes en dehors du magasin de logiciels spécial d'Apple. Or Cook estime que ce n'est pas du tout comparable. Précédemment, Craig Federighi, qui s'occupe du développement des logiciels chez Apple, avait adopté un point de vue identique.Lisez aussi: Démarrage du procès opposant Apple à Epic GamesL'année dernière, Epic avait décidé d'activer un système de paiement personnel pour le jeu populaire Fortnite, ce qui enfreignait les règles de l'App Store. Lorsqu'Apple réagit en éjectant le jeu de son magasin de logiciels, Epic accusa Apple de comportement monopolistique et annonça lui avoir intenté un procès.Ces derniers temps, Apple est de plus en plus critiquée à cause des règles appliquées dans l'App Store. Dans plusieurs pays, des contrôleurs se penchent sur cette question. La Commission européenne affirma récemment encore qu'Apple privilégiait son propre service de diffusion musicale Apple Music à ceux de ses concurrents tels Spotify.