1. Internet of Behaviors (IoB)

Cette tendance est scindée en 3 domaines. L'Internet des comportements s'inscrit dans le premier domaine sous l'étiquette People Centricity. "Par Internet des comportements, nous entendons une combinaison de technologies existantes ciblant spécifiquement l'individu - songez à la reconnaissance faciale ou le traçage de position - et dont les données sont ensuite associées à un comportement, par exemple un nouvel achat, mais aussi l'utilisation de tel ou tel appareil", expliquait Brian Burke, vice-président recherches au cours d'une session lors du récent Gartner IT Symposium/Xpo 2020. Et, sans surprise, cette tendance s'inscrit dans la pandémie Covid-19. En effet, les employés qui reviennent au bureau après le confinement sont souvent confrontés à de nouvelles technologies: capteur de température, étiquette RFID pour vérifier que la personne se lave régulièrement les mains ou reconnaissance faciale pour contrôler si tout le monde porte bien (et correctement) son masque. Ensuite, des haut-parleurs intelligents avertissent les employés d'éventuelles infractions. C'est précisément cette combinaison de données comportementales et d'analyse sur ces données qu'implique l'Internet des comportements (IoB).

A l'horizon 2025, Burke prévoit que la moitié de la population mondiale sera impliquée dans au moins un projet IoB, que ce soit à titre privé ou commercial, ou encore à l'initiative d'un organisme public.

2. Total Experience

L'expérience totale est une tendance qui capitalise sur ce que l'on appelait l'an dernier la multi-expérience. Il s'agit pour les organisations de mettre en place une stratégie associant l'expérience client, l'expérience utilisateur et l'expérience employé.

Un exemple? Un opérateur télécom qui, en période de coronavirus, déploie un système de prise de rendez-vous via une appli existante. Les clients qui sont en route vers leur rendez-vous reçoivent une notification sur leur smartphone dès qu'ils se trouvent à environ 25 m de la boutique. Celle-ci leur précise la manière dont ils doivent s'enregistrer, après quoi une nouvelle notification leur indique qu'ils peuvent rentrer dans la boutique. Ensuite, l'entreprise propose des bornes numériques, tandis que les collaborateurs utilisent leur propre tablette pour se connecter sans contact à l'appareil du client.

Une telle expérience totale devrait permettre dès l'an prochain de faire la différence dans les organisations qui pourront ainsi mieux gérer le télétravail et l'utilisation des appareils mobiles, tandis que les clients pourront se trouver pratiquement n'importe où. D'ici 2024, les organisations offrant une expérience totale bénéficieront d'un avantage concurrentiel de 25% en termes de taux de satisfaction.

3. Privacy-Enhancing Computation

Cette 3e et dernière tendance du concept de People Centricity concerne la vie privée, et plus précisément des technologies de protection des données alors même que celles-ci sont utilisées. Il s'agit en l'occurrence de technologies permettant de créer un environnement fiable pour le traitement et l'analyse de données sensibles. Un second pilier concerne le traitement et l'analyse de données de manière décentralisée, tandis qu'un troisième axe porte sur le cryptage tant de données que d'algorithmes avant de procéder au traitement et à l'analyse.

Les organisations qui embraient sur ces tendances pourront collaborer et se concurrencer de manière plus sécurisée entre leurs différentes régions, sans risque de violation de la confidentialité des données.

4. Distributed Cloud

Un deuxième ensemble de trois tendances majeures porte sur le travail indépendant de tout emplacement. Le cloud distribué est ainsi une évolution intéressante à suivre. Les nouvelles réglementations ainsi qu'une technologie comme l''edge computing' se traduisent par un basculement toujours plus marqué des charges de travail depuis les grands clouds centraux vers les environnements distribués. Dans le même temps, la partie 'traitement' se répartit toujours plus sur des emplacements physiques différents. Toutefois, le fournisseur du cloud public reste toujours responsable du service, des mises à niveau, de l'exploitation au quotidien et de la gouvernance.

Gartner constate que les grands fournisseurs de cloud créent désormais des 'edge clouds', et notamment des applications d'Internet des objets (IoT). Mais au niveau de la connectivité également, des '5G clouds' ou des 'network edge clouds' font leur apparition. Le cabinet estime que d'ici 2025, plus de la moitié des organisations utilisera un cloud distribué dans le cadre de la transformation numérique de certains modèles d'affaires.

5. Anywhere Operations

Les entreprises qui entendent sortir avec succès de la Covid-19 en 2021 se doivent selon Gartner d'opter d'une manière ou d'une autre pour un modèle 'anywhere operations' afin de pouvoir continuer à travailler quelles que soient les circonstances. Songez à un accès (virtuel) de n'importe où, à fournir des produits et services peu importe où les clients, collaborateurs et partenaires commerciaux se trouvent à ce moment-là. En d'autres termes, le numérique doit devenir la nouvelle normalité.

'Digital first, remote first' doit devenir le leitmotiv de l'après-coronavirus.

6. Cybersecurity Mesh

Si l'on combine les tendances précédentes, quoi de plus logique que de prendre en compte la cybersécurité.

Selon Burke, un 'cybersecurity mesh' doit être pris en compte pour permettre à chacun d'accéder de manière sécurisée aux informations d'entreprise, indépendamment du cloud et/ou du serveur utilisé, ainsi que de l'endroit où la personne se trouve. Le périmètre de sécurité devient alors l''identité'. En soi, il ne s'agit certainement pas d'une tendance nouvelle, mais clairement d'une évolution dopée par la Covid-19.

7. Intelligent Composable Business

Les trois dernières tendances sont regroupées sous l'intitulé 'resilient delivery', entendez rendre votre organisation résiliente. L''intelligent composable business' - en somme le fil rouge du symposium Gartner et que nous avons abordé en détail dans les pages précédentes - s'inscrit dans cette mouvance.

D'ici 2023, Gartner croit savoir que les entreprises qui auront mis en place une approche composable seront en mesure d'implémenter beaucoup plus rapidement de nouvelles fonctions: jusqu'à 80% plus vite que leurs concurrents.

8. AI Engineering

Si ces dernières années ont été placées sous le signe de l'intelligence artificielle (IA), les entreprises n'en ont pas encore pleinement récolté les fruits. A peine 53% des projets d'IA dans les organisations passent du stade de prototype à celui de production réelle. Selon les analystes, investir aujourd'hui dans une stratégie d'ingénierie IA mûrement réfléchie s'avère une approche susceptible d'être rapidement rentable. On crée ainsi des modèles d'IA performants, évolutifs et fiables, autant d'aspects qui font actuellement vite défaut dans les organisations. Dans une telle stratégie d'IA Engineering, l'IA fait partie intégrante du DevOps plutôt que de l'isoler.

De même, la gouvernance s'inscrit dans ce contexte, de telle sorte que l'IA responsable deviendra également un point d'attention en 2021, entendez prendre en compte l'éthique, la transparence, etc. dans l'IA.

9. Hyperautomation

Tout ce qui peut être automatisé dans une entreprise ou organisation: telle est l'essence de la tendance qualifiée par Gartner d'hyper-automatisation. Les analystes s'attendent à une accélération de cette tendance dans les prochaines années - ici également, la Covid-19 n'y est pas étrangère. Trop d'entreprises restent confrontées à des processus, produits ou services de type 'legacy', ce qui implique des coûts et parfois aussi du travail sur-mesure. Dans nombre d'entreprises, ces systèmes hérités se sont à nouveau invités sur le devant de la scène durant le(s) confinement(s). "Celui qui ne privilégie pas aujourd'hui l'optimisation, la flexibilité et la réduction des coûts risque de voir son retard s'accentuer en 2021", avertit Burke. En d'autres termes, les organisations n'ont pas d'autre choix que d'abandonner définitivement leurs applications héritées pour lever ainsi les dernières barrières et se concentrer pleinement sur l'automatisation et la numérisation.

D'ici 2024, les entreprises devront comprimer leurs coûts opérationnels de 30% à l'échelle mondiale, prévoit encore Gartner, en combinant l'hyper-automatisation à l'optimisation de processus opérationnels.

10. Combinatorial Innovation

Trois tendances en 3 blocs, cela donne donc 9. Mais il existe une 10e tendance que Burke considère comme plus importante encore: associer les 9 autres tendances pour les renforcer entre elles, sachant qu'aucune des 9 tendances précédentes ne peut fonctionner seule. Il faut donc les combiner pour créer une véritable approche innovante offrant la plasticité nécessaire à l'organisation. "Les CIO doivent mettre tout en oeuvre pour combiner ces tendances afin de réduire les coûts de l'organisation tout en créant de la valeur ajoutée pour le métier. Faites de l'IT une priorité stratégique", conclut Burke.

Cette tendance est scindée en 3 domaines. L'Internet des comportements s'inscrit dans le premier domaine sous l'étiquette People Centricity. "Par Internet des comportements, nous entendons une combinaison de technologies existantes ciblant spécifiquement l'individu - songez à la reconnaissance faciale ou le traçage de position - et dont les données sont ensuite associées à un comportement, par exemple un nouvel achat, mais aussi l'utilisation de tel ou tel appareil", expliquait Brian Burke, vice-président recherches au cours d'une session lors du récent Gartner IT Symposium/Xpo 2020. Et, sans surprise, cette tendance s'inscrit dans la pandémie Covid-19. En effet, les employés qui reviennent au bureau après le confinement sont souvent confrontés à de nouvelles technologies: capteur de température, étiquette RFID pour vérifier que la personne se lave régulièrement les mains ou reconnaissance faciale pour contrôler si tout le monde porte bien (et correctement) son masque. Ensuite, des haut-parleurs intelligents avertissent les employés d'éventuelles infractions. C'est précisément cette combinaison de données comportementales et d'analyse sur ces données qu'implique l'Internet des comportements (IoB). A l'horizon 2025, Burke prévoit que la moitié de la population mondiale sera impliquée dans au moins un projet IoB, que ce soit à titre privé ou commercial, ou encore à l'initiative d'un organisme public. L'expérience totale est une tendance qui capitalise sur ce que l'on appelait l'an dernier la multi-expérience. Il s'agit pour les organisations de mettre en place une stratégie associant l'expérience client, l'expérience utilisateur et l'expérience employé. Un exemple? Un opérateur télécom qui, en période de coronavirus, déploie un système de prise de rendez-vous via une appli existante. Les clients qui sont en route vers leur rendez-vous reçoivent une notification sur leur smartphone dès qu'ils se trouvent à environ 25 m de la boutique. Celle-ci leur précise la manière dont ils doivent s'enregistrer, après quoi une nouvelle notification leur indique qu'ils peuvent rentrer dans la boutique. Ensuite, l'entreprise propose des bornes numériques, tandis que les collaborateurs utilisent leur propre tablette pour se connecter sans contact à l'appareil du client. Une telle expérience totale devrait permettre dès l'an prochain de faire la différence dans les organisations qui pourront ainsi mieux gérer le télétravail et l'utilisation des appareils mobiles, tandis que les clients pourront se trouver pratiquement n'importe où. D'ici 2024, les organisations offrant une expérience totale bénéficieront d'un avantage concurrentiel de 25% en termes de taux de satisfaction. Cette 3e et dernière tendance du concept de People Centricity concerne la vie privée, et plus précisément des technologies de protection des données alors même que celles-ci sont utilisées. Il s'agit en l'occurrence de technologies permettant de créer un environnement fiable pour le traitement et l'analyse de données sensibles. Un second pilier concerne le traitement et l'analyse de données de manière décentralisée, tandis qu'un troisième axe porte sur le cryptage tant de données que d'algorithmes avant de procéder au traitement et à l'analyse. Les organisations qui embraient sur ces tendances pourront collaborer et se concurrencer de manière plus sécurisée entre leurs différentes régions, sans risque de violation de la confidentialité des données. Un deuxième ensemble de trois tendances majeures porte sur le travail indépendant de tout emplacement. Le cloud distribué est ainsi une évolution intéressante à suivre. Les nouvelles réglementations ainsi qu'une technologie comme l''edge computing' se traduisent par un basculement toujours plus marqué des charges de travail depuis les grands clouds centraux vers les environnements distribués. Dans le même temps, la partie 'traitement' se répartit toujours plus sur des emplacements physiques différents. Toutefois, le fournisseur du cloud public reste toujours responsable du service, des mises à niveau, de l'exploitation au quotidien et de la gouvernance. Gartner constate que les grands fournisseurs de cloud créent désormais des 'edge clouds', et notamment des applications d'Internet des objets (IoT). Mais au niveau de la connectivité également, des '5G clouds' ou des 'network edge clouds' font leur apparition. Le cabinet estime que d'ici 2025, plus de la moitié des organisations utilisera un cloud distribué dans le cadre de la transformation numérique de certains modèles d'affaires. Les entreprises qui entendent sortir avec succès de la Covid-19 en 2021 se doivent selon Gartner d'opter d'une manière ou d'une autre pour un modèle 'anywhere operations' afin de pouvoir continuer à travailler quelles que soient les circonstances. Songez à un accès (virtuel) de n'importe où, à fournir des produits et services peu importe où les clients, collaborateurs et partenaires commerciaux se trouvent à ce moment-là. En d'autres termes, le numérique doit devenir la nouvelle normalité.Si l'on combine les tendances précédentes, quoi de plus logique que de prendre en compte la cybersécurité.Selon Burke, un 'cybersecurity mesh' doit être pris en compte pour permettre à chacun d'accéder de manière sécurisée aux informations d'entreprise, indépendamment du cloud et/ou du serveur utilisé, ainsi que de l'endroit où la personne se trouve. Le périmètre de sécurité devient alors l''identité'. En soi, il ne s'agit certainement pas d'une tendance nouvelle, mais clairement d'une évolution dopée par la Covid-19. Les trois dernières tendances sont regroupées sous l'intitulé 'resilient delivery', entendez rendre votre organisation résiliente. L''intelligent composable business' - en somme le fil rouge du symposium Gartner et que nous avons abordé en détail dans les pages précédentes - s'inscrit dans cette mouvance. D'ici 2023, Gartner croit savoir que les entreprises qui auront mis en place une approche composable seront en mesure d'implémenter beaucoup plus rapidement de nouvelles fonctions: jusqu'à 80% plus vite que leurs concurrents. Si ces dernières années ont été placées sous le signe de l'intelligence artificielle (IA), les entreprises n'en ont pas encore pleinement récolté les fruits. A peine 53% des projets d'IA dans les organisations passent du stade de prototype à celui de production réelle. Selon les analystes, investir aujourd'hui dans une stratégie d'ingénierie IA mûrement réfléchie s'avère une approche susceptible d'être rapidement rentable. On crée ainsi des modèles d'IA performants, évolutifs et fiables, autant d'aspects qui font actuellement vite défaut dans les organisations. Dans une telle stratégie d'IA Engineering, l'IA fait partie intégrante du DevOps plutôt que de l'isoler. De même, la gouvernance s'inscrit dans ce contexte, de telle sorte que l'IA responsable deviendra également un point d'attention en 2021, entendez prendre en compte l'éthique, la transparence, etc. dans l'IA. Tout ce qui peut être automatisé dans une entreprise ou organisation: telle est l'essence de la tendance qualifiée par Gartner d'hyper-automatisation. Les analystes s'attendent à une accélération de cette tendance dans les prochaines années - ici également, la Covid-19 n'y est pas étrangère. Trop d'entreprises restent confrontées à des processus, produits ou services de type 'legacy', ce qui implique des coûts et parfois aussi du travail sur-mesure. Dans nombre d'entreprises, ces systèmes hérités se sont à nouveau invités sur le devant de la scène durant le(s) confinement(s). "Celui qui ne privilégie pas aujourd'hui l'optimisation, la flexibilité et la réduction des coûts risque de voir son retard s'accentuer en 2021", avertit Burke. En d'autres termes, les organisations n'ont pas d'autre choix que d'abandonner définitivement leurs applications héritées pour lever ainsi les dernières barrières et se concentrer pleinement sur l'automatisation et la numérisation. D'ici 2024, les entreprises devront comprimer leurs coûts opérationnels de 30% à l'échelle mondiale, prévoit encore Gartner, en combinant l'hyper-automatisation à l'optimisation de processus opérationnels.Trois tendances en 3 blocs, cela donne donc 9. Mais il existe une 10e tendance que Burke considère comme plus importante encore: associer les 9 autres tendances pour les renforcer entre elles, sachant qu'aucune des 9 tendances précédentes ne peut fonctionner seule. Il faut donc les combiner pour créer une véritable approche innovante offrant la plasticité nécessaire à l'organisation. "Les CIO doivent mettre tout en oeuvre pour combiner ces tendances afin de réduire les coûts de l'organisation tout en créant de la valeur ajoutée pour le métier. Faites de l'IT une priorité stratégique", conclut Burke.