Roy Jeunen et Frederik Keysers ont passé des années sur un grand nombre de sites industriels. Ils savent donc de quoi ils parlent. 'Nous partagions la même frustration de la difficulté qu'il y a d'avoir une bonne vision de la conformité', déclare Jeunen. 'On peut s'enregistrer et passer les briefings de sécurité requis, ce qui entraîne de longues durées d'attente et procédures, mais par la suite, il peut encore y avoir pas mal de dérapages au niveau des lettres de créance et des laissez-passer fournis. Voilà à quoi on s'expose avec de la technologie dépassée qui est en outre à peine conforme sur le plan de la confidentialité.'

Pour Jeunen et Keysers, le salut reposait dans une solution SaaS: une plate-forme web à partir de laquelle un facility ou un security manager peut inviter des visiteurs, entrepreneurs et autres personnes ayant besoin d'un accès. Ceux-ci y déposent ensuite tous les identifiants nécessaires, les certificats (de sécurité), les permis de conduire et les ID, après quoi ils peuvent s'enregistrer au moyen de leur smartphone.

'En outre, nos clients peuvent choisir d'ajouter un volet hardware', explique le co-fondateur. 'Vous pouvez ainsi décider si les visiteurs se voient attribuer l'accès par un QR-code, un scan de smartphone ou la reconnaissance faciale. Dans ce but, nous avons grâce au soutien financier de l'organisation spatiale ESA et de VLAIO - conjointement 125.000 euros environ - conçu un module de quelque dix centimètres sur dix acceptant les trois fonctions susmentionnées. Les clients peuvent l'acheter ou le louer.'

Plus besoin de badge ou de portier

Au bout d'une année et demie, Nine Engineering s'est déjà fait pas mal connaître sur le marché. 'Corda Incubator à Hasselt utilise notre système pour réguler l'accès de tous les utilisateurs de ses bâtiments', apprend-on. 'Il n'y a donc plus besoin ni d'un système de badges ni d'un portier à un guichet. Cela permet également aux employés de pénétrer dans leur bureau de jour comme de nuit. L'entreprise d'archivage Youston a aussi recours à notre solution, plus précisément pour surveiller l'accès à toutes les informations confidentielles qu'elle gère.'

A présent que les premiers pas sont accomplis, Nine Engineering entend croître, mais pas qu'un peu... 'Nous voyons grand', affirme Jeunen. 'Le monde entier est à coup sûr l'objectif, mais d'abord, nous désirons nous constituer une solide clientèle au Benelux, pour mieux ensuite nous tourner vers l'Europe. Dans ce but, nous avons récemment mené à bien une phase d'amorçage d'1 million d'euros, qui nous a permis de lever des capitaux auprès de Pitchdrive, du business angel Noël Keysers, de PNB Paribas et de PMV.'

La jeune pousse gantoise entend ainsi étendre à présent ses ventes directes. Mais Nine Engineering compte aussi sur des partenariats avec par exemple des firmes de sécurité ou d'autres entreprises qui ont déjà accès à des installations industrielles.

Nine Engineering

Siège social: Gand

Nombre d'associés: 2

Finances: aucun projet pour l'instant

Site web: NineEngineering.com

Roy Jeunen et Frederik Keysers ont passé des années sur un grand nombre de sites industriels. Ils savent donc de quoi ils parlent. 'Nous partagions la même frustration de la difficulté qu'il y a d'avoir une bonne vision de la conformité', déclare Jeunen. 'On peut s'enregistrer et passer les briefings de sécurité requis, ce qui entraîne de longues durées d'attente et procédures, mais par la suite, il peut encore y avoir pas mal de dérapages au niveau des lettres de créance et des laissez-passer fournis. Voilà à quoi on s'expose avec de la technologie dépassée qui est en outre à peine conforme sur le plan de la confidentialité.'Pour Jeunen et Keysers, le salut reposait dans une solution SaaS: une plate-forme web à partir de laquelle un facility ou un security manager peut inviter des visiteurs, entrepreneurs et autres personnes ayant besoin d'un accès. Ceux-ci y déposent ensuite tous les identifiants nécessaires, les certificats (de sécurité), les permis de conduire et les ID, après quoi ils peuvent s'enregistrer au moyen de leur smartphone.'En outre, nos clients peuvent choisir d'ajouter un volet hardware', explique le co-fondateur. 'Vous pouvez ainsi décider si les visiteurs se voient attribuer l'accès par un QR-code, un scan de smartphone ou la reconnaissance faciale. Dans ce but, nous avons grâce au soutien financier de l'organisation spatiale ESA et de VLAIO - conjointement 125.000 euros environ - conçu un module de quelque dix centimètres sur dix acceptant les trois fonctions susmentionnées. Les clients peuvent l'acheter ou le louer.'Au bout d'une année et demie, Nine Engineering s'est déjà fait pas mal connaître sur le marché. 'Corda Incubator à Hasselt utilise notre système pour réguler l'accès de tous les utilisateurs de ses bâtiments', apprend-on. 'Il n'y a donc plus besoin ni d'un système de badges ni d'un portier à un guichet. Cela permet également aux employés de pénétrer dans leur bureau de jour comme de nuit. L'entreprise d'archivage Youston a aussi recours à notre solution, plus précisément pour surveiller l'accès à toutes les informations confidentielles qu'elle gère.'A présent que les premiers pas sont accomplis, Nine Engineering entend croître, mais pas qu'un peu... 'Nous voyons grand', affirme Jeunen. 'Le monde entier est à coup sûr l'objectif, mais d'abord, nous désirons nous constituer une solide clientèle au Benelux, pour mieux ensuite nous tourner vers l'Europe. Dans ce but, nous avons récemment mené à bien une phase d'amorçage d'1 million d'euros, qui nous a permis de lever des capitaux auprès de Pitchdrive, du business angel Noël Keysers, de PNB Paribas et de PMV.'La jeune pousse gantoise entend ainsi étendre à présent ses ventes directes. Mais Nine Engineering compte aussi sur des partenariats avec par exemple des firmes de sécurité ou d'autres entreprises qui ont déjà accès à des installations industrielles.