Hier: élaboration des premiers plans pour la nouvelle cuisine d'un commerce spécialisé. Ils se trouvent dans la boîte mail. La semaine prochaine: effectuer le mesurage sur place et confirmer par SMS via le téléphone: 'Nous arriverons vers 13H30.' Et un mois plus tard, lorsque l'installation est imminente, la même entreprise opte subitement pour une communication via WhatsApp. Déroutant? 'Fragmenté en tout cas', disent deux des fondateurs de CBridge, Michaël Ceunen et Kris Soogen. 'Et nous avons décidé de regrouper le tout en une seule et même application.'

CBridge est ainsi devenu un moyen pour les PME d'exécuter de plus grands projets pour les particuliers en rationalisant toute la communication. Soogen: 'Toutes les informations et le planning aboutissent conjointement dans l'application ou dans la plate-forme web correspondante. On y trouve tous les documents et rendez-vous sur une ligne du temps pratique, afin qu'il soit également plus facile pour les entreprises de transférer un dossier d'un collaborateur à l'autre, sans chaos dans le suivi.'

La nouvelle version s'est avérée être un très grand pas en avant

Les clients ont le choix entre deux modèles, ajoute Ceunen: 'Soit ils souscrivent une licence mensuelle, soit ils paient un coût par dossier qui est traité via notre plate-forme. Ce mois-ci, nous en avons sorti une nouvelle version, qui tourne sur tous les appareils, et nous constatons qu'il s'agit d'un très grand pas en avant pour nous. Nous n'éprouvons plus guère de difficultés à convaincre de nouveaux clients.'

C'est surtout dans le Limbourg, d'où elle est originaire, que CBridge s'est déjà bien fait connaître. Le spécialiste de la cuisine Kitchen-Suite de Genk a embarqué la plate-forme de la startup, tout comme quelques filiales Ixina régionales, et Vanden Borre Kitchen. 'Keukens De Bisschop d'Alost a également recours à notre produit', apprend-on encore. 'Et si vous pensez que nous ne convenons qu'aux commerces de cuisine, sachez qu'une firme d'installation de panneaux solaires va bientôt également nous rejoindre.'

La jeune pousse entend aussi franchir les frontières, à commencer par les Pays-Bas. 'Notre outil est ultra-évolutif et dès lors intéressant pour de nombreux secteurs. Nous osons donc voir grand', affirme Soogen. 'Pour attirer différents clients vers notre solution, nous entrons souvent en contact avec des groupements de commerces ou des fédérations. Nous allons adopter la même approche aux Pays-Bas aussi, car dans ce pays, les entreprises de ce type sont encore plus souvent regroupées.'

Services intérieurs et extérieurs

Un autre pas important va suivre. 'Nous voulons encore sortir une version', nous dit-on. 'Nous entendons non seulement y intégrer les services intérieurs de ce genre d'entreprise, mais aussi les services extérieurs. Cela devrait donner à l'expansion un boost supplémentaire, parce que nous couvrirons ainsi l'ensemble des communications internes au moyen d'un système intégré unique. C'est là une fonction que de nombreux clients et leads attendent.'

Mais dans ce cas, un besoin de capital externe ne se manifestera-t-il pas progressivement? 'C'est possible', précise Soogen. 'Jusqu'à présent, nous avons amorcé tout par nous-mêmes. Conjointement avec notre troisième fondateur, nous avons injecté 100.000 euros dans la première phase de développement. Ensuite, nous avons poursuivi sur notre lancée grâce aux revenus entre-temps générés.'

CBridge ne souhaite pas brûler les étapes sur le plan financier, mais y aller progressivement, selon Ceunen: 'D'abord la nouvelle version, puis seulement - vers la fin de 2023 - envisager l'apport de nouveau capital. Dans ce cas, nous accorderons la préférence à quelqu'un qui souhaite aussi rejoindre l'entreprise sur le plan opérationnel. Des contacts dans ce sens ont déjà été pris, mais comme je l'ai déjà dit: first things first.'

CBridge

Siège social: Beringen

Nombre d'associés: 3

Finances: pas de projet avant 2024

Site web: CBridge.be

Hier: élaboration des premiers plans pour la nouvelle cuisine d'un commerce spécialisé. Ils se trouvent dans la boîte mail. La semaine prochaine: effectuer le mesurage sur place et confirmer par SMS via le téléphone: 'Nous arriverons vers 13H30.' Et un mois plus tard, lorsque l'installation est imminente, la même entreprise opte subitement pour une communication via WhatsApp. Déroutant? 'Fragmenté en tout cas', disent deux des fondateurs de CBridge, Michaël Ceunen et Kris Soogen. 'Et nous avons décidé de regrouper le tout en une seule et même application.'CBridge est ainsi devenu un moyen pour les PME d'exécuter de plus grands projets pour les particuliers en rationalisant toute la communication. Soogen: 'Toutes les informations et le planning aboutissent conjointement dans l'application ou dans la plate-forme web correspondante. On y trouve tous les documents et rendez-vous sur une ligne du temps pratique, afin qu'il soit également plus facile pour les entreprises de transférer un dossier d'un collaborateur à l'autre, sans chaos dans le suivi.'Les clients ont le choix entre deux modèles, ajoute Ceunen: 'Soit ils souscrivent une licence mensuelle, soit ils paient un coût par dossier qui est traité via notre plate-forme. Ce mois-ci, nous en avons sorti une nouvelle version, qui tourne sur tous les appareils, et nous constatons qu'il s'agit d'un très grand pas en avant pour nous. Nous n'éprouvons plus guère de difficultés à convaincre de nouveaux clients.'C'est surtout dans le Limbourg, d'où elle est originaire, que CBridge s'est déjà bien fait connaître. Le spécialiste de la cuisine Kitchen-Suite de Genk a embarqué la plate-forme de la startup, tout comme quelques filiales Ixina régionales, et Vanden Borre Kitchen. 'Keukens De Bisschop d'Alost a également recours à notre produit', apprend-on encore. 'Et si vous pensez que nous ne convenons qu'aux commerces de cuisine, sachez qu'une firme d'installation de panneaux solaires va bientôt également nous rejoindre.'La jeune pousse entend aussi franchir les frontières, à commencer par les Pays-Bas. 'Notre outil est ultra-évolutif et dès lors intéressant pour de nombreux secteurs. Nous osons donc voir grand', affirme Soogen. 'Pour attirer différents clients vers notre solution, nous entrons souvent en contact avec des groupements de commerces ou des fédérations. Nous allons adopter la même approche aux Pays-Bas aussi, car dans ce pays, les entreprises de ce type sont encore plus souvent regroupées.'Un autre pas important va suivre. 'Nous voulons encore sortir une version', nous dit-on. 'Nous entendons non seulement y intégrer les services intérieurs de ce genre d'entreprise, mais aussi les services extérieurs. Cela devrait donner à l'expansion un boost supplémentaire, parce que nous couvrirons ainsi l'ensemble des communications internes au moyen d'un système intégré unique. C'est là une fonction que de nombreux clients et leads attendent.'Mais dans ce cas, un besoin de capital externe ne se manifestera-t-il pas progressivement? 'C'est possible', précise Soogen. 'Jusqu'à présent, nous avons amorcé tout par nous-mêmes. Conjointement avec notre troisième fondateur, nous avons injecté 100.000 euros dans la première phase de développement. Ensuite, nous avons poursuivi sur notre lancée grâce aux revenus entre-temps générés.'CBridge ne souhaite pas brûler les étapes sur le plan financier, mais y aller progressivement, selon Ceunen: 'D'abord la nouvelle version, puis seulement - vers la fin de 2023 - envisager l'apport de nouveau capital. Dans ce cas, nous accorderons la préférence à quelqu'un qui souhaite aussi rejoindre l'entreprise sur le plan opérationnel. Des contacts dans ce sens ont déjà été pris, mais comme je l'ai déjà dit: first things first.'