"Nous sommes sur le point d'abandonner un gouvernement ouvert contre du pur autoritarisme, à savoir un gouvernement qui ne sera pas basé sur le principe d'approbation des citoyens qui comprennent ce que les autorités déploient comme activités, mais qui reposera sur des personnalités, sur la confiance accordée à des déclarations, bref sur une confiance basée sur l'espoir que ce que le gouvernement fait, est correct", a affirmé Snowden.

En 2013, après les dévoilements par Snowden des pratiques d'espionnage américaines, le gouvernement des Etats-Unis avait promis qu'il ne serait jamais question d'espionnage aléatoire. Snowden se demande ouvertement si cette promesse continuera d'être tenue par un gouvernement 'guidé par des valeurs très différentes'.

Extradition

Sur Twitter, quelqu'un lui a demandé plus tôt cette semaine déjà s'il ne craignait pas que le président russe Vladimir Poutine ne le livre à Trump. Mais Snowden préfère un monde dans lequel il est pourchassé que 'd'accepter des opinions dangereuses'.

(ANP/WK)