Motorola lance le Razr 5G. Cette nouvelle version du téléphone pliable de Motorola est, tout comme le modèle paru au début de cette année, largement inspiré des 'flip phones' avec lesquels l'entreprise avait connu le succès dans les années nonante et au début des années 2000. Il se referme donc à l'horizontale en lieu et place des systèmes verticaux introduits par quelques concurrents.

Ouvert, l'appareil présente les dimensions d'un smartphone moderne avec son écran pliable de 6,2 pouces. Plié, il se mue en téléphone compact avec à l'avant un mini écran 'Quick View' (2,7 pouces) affichant par exemple l'heure, la date et les notifications.

Paré pour la 5G

Qu'offre-t-il de neuf par rapport à son prédécesseur? Primo le support de la 5G. L'appareil est équipé d'un processeur Qualcomm Snapdragon 765G et de quatre antennes 5G. En Belgique, cela ne sert provisoirement quasiment à rien, mais le smartphone est en tout cas paré pour la toute noouvelle technologie de réseau.

Côté hardware, Motorola a peaufiné le mécanisme de pliure. L'écran se plie à la manière d'une 'larme' dans la charnière, ce qui permet au téléphone de se refermer complètement. Une fois le Razr fermé, il n'y aurait donc aucun espace entre les deux moitiés, comme c'est le cas chez quelques concurrents. Motorola a en outre ajouté une espèce de 'menton' à la partie inférieure, à savoir un mini-seuil destiné à maintenir l'écran en place, lorsqu'il est refermé, et à donner à l'ensemble une sensation plus robuste.

De plus, Lenovo, entre-temps propriétaire de Motorola, a aussi écouté les réactions des clients en ajoutant de nouvelles fonctions au mini-écran Quick View à l'extérieur. Il est désormais possible d'envoyer des messages, de démarrer des conversations vidéo et de lancer des applis spécifiques, sans ouvrir pour autant le téléphone. Nombre de fonctions ressemblent au type d'appli qu'on évoque sans devoir déverrouiller son smartphone: zapper rapidement une chanson, consulter l'heure ou vérifier un itinéraire dans Google Maps, mais cela ne s'arrête pas là. Des raccourcis ont été ajoutés à vos contacts favoris, afin que vous puissiez démarrer des conversations à partir de Quick View. Vous pourrez en outre répondre à des messages par voix-vers-texte ou utiliser un clavier complet qui a été intégré pour une raison ou l'autre à ce mini-écran. Motorola permet aussi aux utilisateurs de choisir quelles applis ils veulent ouvrir via l'écran Quick View, même si l'entreprise admet que chaque appli n'apparaîtra pas à son avantage dans une taille si réduite.

Razr 5G, Motorola
Razr 5G © Motorola

Cartoon

Les appareils photo ont eux aussi été améliorés. En façade, l'appareil a été étendu à 48 méga-pixels et est désormais équipé d'une mise au point au laser. Un amusant cartoon dans l'écran Quick View devrait simplifier la prise de vue de sujets... hilares. Ce même écran peut aussi afficher directement les photos, afin que les gens que vous photographiez, sachent directement s'ils y font bonne figure. A l'intérieur, le Razr propose un appareil photo de 20 méga-pixels pour selfies (dans ce cas, un peu moins important par l'écran externe) et pour des communications vidéo par exemple.

Quant à la batterie, elle a été étendue à 2.800 mAh. Le capteur d'empreintes digitales a été incorporé au logo Motorola à l'extérieur. L'appareil revendique son étanchéité, mais il n'est pas question ici d'un indice de protection IP. Ne le plongez par conséquent de préférence pas dans l'eau.

Tout comme son prédécesseur, le Razr 5G sera vendu au prix conseillé de 1.500 euros. Il est ainsi plus économique que d'autres appareils pliables tels le Galaxy Fold de Samsung ou le Mate X d'Huawei. Il devrait débarquer en Belgique en octobre.

Motorola lance le Razr 5G. Cette nouvelle version du téléphone pliable de Motorola est, tout comme le modèle paru au début de cette année, largement inspiré des 'flip phones' avec lesquels l'entreprise avait connu le succès dans les années nonante et au début des années 2000. Il se referme donc à l'horizontale en lieu et place des systèmes verticaux introduits par quelques concurrents. Ouvert, l'appareil présente les dimensions d'un smartphone moderne avec son écran pliable de 6,2 pouces. Plié, il se mue en téléphone compact avec à l'avant un mini écran 'Quick View' (2,7 pouces) affichant par exemple l'heure, la date et les notifications. Qu'offre-t-il de neuf par rapport à son prédécesseur? Primo le support de la 5G. L'appareil est équipé d'un processeur Qualcomm Snapdragon 765G et de quatre antennes 5G. En Belgique, cela ne sert provisoirement quasiment à rien, mais le smartphone est en tout cas paré pour la toute noouvelle technologie de réseau. Côté hardware, Motorola a peaufiné le mécanisme de pliure. L'écran se plie à la manière d'une 'larme' dans la charnière, ce qui permet au téléphone de se refermer complètement. Une fois le Razr fermé, il n'y aurait donc aucun espace entre les deux moitiés, comme c'est le cas chez quelques concurrents. Motorola a en outre ajouté une espèce de 'menton' à la partie inférieure, à savoir un mini-seuil destiné à maintenir l'écran en place, lorsqu'il est refermé, et à donner à l'ensemble une sensation plus robuste. De plus, Lenovo, entre-temps propriétaire de Motorola, a aussi écouté les réactions des clients en ajoutant de nouvelles fonctions au mini-écran Quick View à l'extérieur. Il est désormais possible d'envoyer des messages, de démarrer des conversations vidéo et de lancer des applis spécifiques, sans ouvrir pour autant le téléphone. Nombre de fonctions ressemblent au type d'appli qu'on évoque sans devoir déverrouiller son smartphone: zapper rapidement une chanson, consulter l'heure ou vérifier un itinéraire dans Google Maps, mais cela ne s'arrête pas là. Des raccourcis ont été ajoutés à vos contacts favoris, afin que vous puissiez démarrer des conversations à partir de Quick View. Vous pourrez en outre répondre à des messages par voix-vers-texte ou utiliser un clavier complet qui a été intégré pour une raison ou l'autre à ce mini-écran. Motorola permet aussi aux utilisateurs de choisir quelles applis ils veulent ouvrir via l'écran Quick View, même si l'entreprise admet que chaque appli n'apparaîtra pas à son avantage dans une taille si réduite.Les appareils photo ont eux aussi été améliorés. En façade, l'appareil a été étendu à 48 méga-pixels et est désormais équipé d'une mise au point au laser. Un amusant cartoon dans l'écran Quick View devrait simplifier la prise de vue de sujets... hilares. Ce même écran peut aussi afficher directement les photos, afin que les gens que vous photographiez, sachent directement s'ils y font bonne figure. A l'intérieur, le Razr propose un appareil photo de 20 méga-pixels pour selfies (dans ce cas, un peu moins important par l'écran externe) et pour des communications vidéo par exemple. Quant à la batterie, elle a été étendue à 2.800 mAh. Le capteur d'empreintes digitales a été incorporé au logo Motorola à l'extérieur. L'appareil revendique son étanchéité, mais il n'est pas question ici d'un indice de protection IP. Ne le plongez par conséquent de préférence pas dans l'eau.Tout comme son prédécesseur, le Razr 5G sera vendu au prix conseillé de 1.500 euros. Il est ainsi plus économique que d'autres appareils pliables tels le Galaxy Fold de Samsung ou le Mate X d'Huawei. Il devrait débarquer en Belgique en octobre.