C'est au début de cette année que WhatsApp annonça de nouvelles conditions, mais cela suscita pas mal de tumulte. Selon les nouvelles règles, le service de messagerie sera en effet autorisé à partager des données avec sa société-mère Facebook. WhatsApp même insiste sur le fait que le respect de la vie privée des utilisateurs ne sera pas enfreint. 'Vos communications personnelles resteront sécurisées grâce au cryptage bout-à-bout. Cela signifie que personne ne pourra lire vos clavardages ou écouter vos conversations, même pas WhatsApp ou Facebook', y déclare-t-on.

Postposé des mois

En raison de tout le tumulte, l'entreprise californienne avait une première fois déjà postposé de trois mois, à savoir jusqu'au 15 mai, l'implémentation des nouvelles conditions. Quiconque n'accepterait pas les nouvelles conditions, ne pourrait plus après cette date lire et envoyer de messages.

C'est samedi que sont entrées en vigueur les nouvelles règles. WhatsApp a entre-temps fait savoir qu'elle ne supprimerait ni ne désactiverait certainement aucun compte au cas où des utilisateurs n'accepteraient pas les nouvelles conditions. Au bout de quelques semaines d'avertissements et de rappels, on assiste cependant à la perte partielle de fonctions importantes. Des utilisateurs n'ont ainsi plus accès à leur liste de 'chats', mais peuvent encore répondre aux appels téléphoniques et vidéo entrants. L'utilisateur ayant activé les notifications, peut encore y cliquer pour les lire, réagir à un message ou rappeler après un appel manqué.

Tout utilisateur qui n'acceptera encore et toujours pas les nouvelles règles après quelques semaines de fonctionnalité limitée, ne pourra plus recevoir d'appels, de notifications ou de nouveaux messages. Le timing exact d'exclusion de la fonctionnalité pourra changer d'utilisateur à utilisateur, selon WhatsApp.

C'est au début de cette année que WhatsApp annonça de nouvelles conditions, mais cela suscita pas mal de tumulte. Selon les nouvelles règles, le service de messagerie sera en effet autorisé à partager des données avec sa société-mère Facebook. WhatsApp même insiste sur le fait que le respect de la vie privée des utilisateurs ne sera pas enfreint. 'Vos communications personnelles resteront sécurisées grâce au cryptage bout-à-bout. Cela signifie que personne ne pourra lire vos clavardages ou écouter vos conversations, même pas WhatsApp ou Facebook', y déclare-t-on.En raison de tout le tumulte, l'entreprise californienne avait une première fois déjà postposé de trois mois, à savoir jusqu'au 15 mai, l'implémentation des nouvelles conditions. Quiconque n'accepterait pas les nouvelles conditions, ne pourrait plus après cette date lire et envoyer de messages.C'est samedi que sont entrées en vigueur les nouvelles règles. WhatsApp a entre-temps fait savoir qu'elle ne supprimerait ni ne désactiverait certainement aucun compte au cas où des utilisateurs n'accepteraient pas les nouvelles conditions. Au bout de quelques semaines d'avertissements et de rappels, on assiste cependant à la perte partielle de fonctions importantes. Des utilisateurs n'ont ainsi plus accès à leur liste de 'chats', mais peuvent encore répondre aux appels téléphoniques et vidéo entrants. L'utilisateur ayant activé les notifications, peut encore y cliquer pour les lire, réagir à un message ou rappeler après un appel manqué.Tout utilisateur qui n'acceptera encore et toujours pas les nouvelles règles après quelques semaines de fonctionnalité limitée, ne pourra plus recevoir d'appels, de notifications ou de nouveaux messages. Le timing exact d'exclusion de la fonctionnalité pourra changer d'utilisateur à utilisateur, selon WhatsApp.