Les réparations ne peuvent pas être encore estimées "étant donné l'importance de l'attaque". L'université ne peut pas encore préciser quels systèmes ont été touchés, ce qui fait que tous les systèmes ont été mis hors ligne par simple précaution.

L'université a été attaquée lundi. Le trafic e-mail est paralysé, et la plupart des ordinateurs Windows ne fonctionnent plus. L'université n'a de ce fait plus accès aux données scientifiques. Un portail pour étudiants et le site web de la bibliothèque universitaire sont également inaccessibles. L'université a signalé que si des étudiants et des chercheurs éprouvent des difficultés suite à l'attaque, elle examinera "une solution pour les aider d'une manière ou d'une autre".

Les ordinateurs ont été touchés par un rançongiciel appelé Clop. Ce dernier verrouille purement et simplement les systèmes et exige le paiement d'une rançon pour les rendre de nouveau accessibles. Précédemment, Clop avait entre autres touché l'université d'Anvers et l'hôpital académique de Rouen en France. "Il est question de prendre contact avec l'organisation ayant lancé l'attaque ou avec des personnes se faisant passer comme telles. Je ne peux rien révéler sur le contenu et cette prise contact", a déclaré un porte-parole de l'université de Maastricht.

Les réparations ne peuvent pas être encore estimées "étant donné l'importance de l'attaque". L'université ne peut pas encore préciser quels systèmes ont été touchés, ce qui fait que tous les systèmes ont été mis hors ligne par simple précaution.L'université a été attaquée lundi. Le trafic e-mail est paralysé, et la plupart des ordinateurs Windows ne fonctionnent plus. L'université n'a de ce fait plus accès aux données scientifiques. Un portail pour étudiants et le site web de la bibliothèque universitaire sont également inaccessibles. L'université a signalé que si des étudiants et des chercheurs éprouvent des difficultés suite à l'attaque, elle examinera "une solution pour les aider d'une manière ou d'une autre".Les ordinateurs ont été touchés par un rançongiciel appelé Clop. Ce dernier verrouille purement et simplement les systèmes et exige le paiement d'une rançon pour les rendre de nouveau accessibles. Précédemment, Clop avait entre autres touché l'université d'Anvers et l'hôpital académique de Rouen en France. "Il est question de prendre contact avec l'organisation ayant lancé l'attaque ou avec des personnes se faisant passer comme telles. Je ne peux rien révéler sur le contenu et cette prise contact", a déclaré un porte-parole de l'université de Maastricht.