Tout acheteur d'un appareil Android aujourd'hui, court le risque que ce dernier devienne peu sûr au bout de quelques années. Lorsqu'un appareil arrive sur le marché, son fabricant promet en général qu'il recevra la prochaine version d'Android et que des mises à jour sécuritaires suivront pendant trois années encore.

Cela semble suffisant pour la durée de vie d'un nouvel appareil, mais si vous achetez un appareil qui se trouve sur le marché depuis deux ans déjà. Pensez ici à ceux du segment supérieur, qui sont commercialisés 1 à 2 ans plus tard à un prix inférieur.

Quiconque achète un appareil reconditionné ou de seconde main, risque également d'acquérir quelque chose de certes parfait au niveau technique, mais qui n'est plus supporté et est donc peu sécurisé. Le problème se pose du reste plus souvent encore avec les tablettes, qui sont généralement utilisées plusieurs années au sein d'un même ménage, d'abord comme appareil primaire, puis par les enfants de la maison.

Google avait en 2017 déjà rendu Android plus modulaire, ce qui fait que les mises à jour étaient envoyées plus rapidement et plus simplement aux anciens appareils, sans adaptation pour les versions Android spécifiques par marque ou type d'appareil.

Quatre versions, quatre années de sécurité

La formule est à présent étendue grâce à une intense collaboration avec Qualcomm, le principal producteur de puces pour smartphones. Il devrait être ainsi possible d'attribuer à chaque appareil jusqu'à quatre nouvelles versions d'Android, ce qui fait qu'un appareil tournant sur Android 11 recevra par exemple aussi Android 12, 13 et 14.

Mais le plus important, c'est que cela prolongera aussi jusqu'à quatre ans la durée des mises à jour sécuritaires. Un téléphone ou une tablette achetée début 2021 et supportant ce principe pourra donc être utilisée en toute sécurité jusqu'au début 2025.

Quels appareils et quand?

Par souci de clarté, l'adaptation ne s'appliquera pas aux appareils existants et pas (encore) pour toutes les marques. Il s'agira de tous les nouveaux SoC (system-on-a-chip) que Qualcomm lancera et dont le premier sera le Qualcomm Snapdragon 888.

Cette puce sera embarquée entre autres dans le OnePlus 9 et le Xiaomi Mi 11 Pro qui débarqueront sur le marché début 2021. On prévoit aussi des appareils équipés d'un Snapdragon 888 chez LG, Motorola et Oppo. D'autres acteurs tels Samsung utilisent Qualcomm dans certains appareils et dans certaines régions, mais aussi souvent leurs propres puces.

En général, on peut s'attendre à ce que d'autres puces de Qualcomm proposent ce support plus étendu. Comme cette prolongation de la protection constitue également un argument de vente supplémentaire, il n'est pas exclu non plus qu'à terme, d'autres fabricants de smartphones et fondeurs de puces y adhèrent.

Tout acheteur d'un appareil Android aujourd'hui, court le risque que ce dernier devienne peu sûr au bout de quelques années. Lorsqu'un appareil arrive sur le marché, son fabricant promet en général qu'il recevra la prochaine version d'Android et que des mises à jour sécuritaires suivront pendant trois années encore.Cela semble suffisant pour la durée de vie d'un nouvel appareil, mais si vous achetez un appareil qui se trouve sur le marché depuis deux ans déjà. Pensez ici à ceux du segment supérieur, qui sont commercialisés 1 à 2 ans plus tard à un prix inférieur.Quiconque achète un appareil reconditionné ou de seconde main, risque également d'acquérir quelque chose de certes parfait au niveau technique, mais qui n'est plus supporté et est donc peu sécurisé. Le problème se pose du reste plus souvent encore avec les tablettes, qui sont généralement utilisées plusieurs années au sein d'un même ménage, d'abord comme appareil primaire, puis par les enfants de la maison.Google avait en 2017 déjà rendu Android plus modulaire, ce qui fait que les mises à jour étaient envoyées plus rapidement et plus simplement aux anciens appareils, sans adaptation pour les versions Android spécifiques par marque ou type d'appareil.Quatre versions, quatre années de sécuritéLa formule est à présent étendue grâce à une intense collaboration avec Qualcomm, le principal producteur de puces pour smartphones. Il devrait être ainsi possible d'attribuer à chaque appareil jusqu'à quatre nouvelles versions d'Android, ce qui fait qu'un appareil tournant sur Android 11 recevra par exemple aussi Android 12, 13 et 14.Mais le plus important, c'est que cela prolongera aussi jusqu'à quatre ans la durée des mises à jour sécuritaires. Un téléphone ou une tablette achetée début 2021 et supportant ce principe pourra donc être utilisée en toute sécurité jusqu'au début 2025.Quels appareils et quand?Par souci de clarté, l'adaptation ne s'appliquera pas aux appareils existants et pas (encore) pour toutes les marques. Il s'agira de tous les nouveaux SoC (system-on-a-chip) que Qualcomm lancera et dont le premier sera le Qualcomm Snapdragon 888.Cette puce sera embarquée entre autres dans le OnePlus 9 et le Xiaomi Mi 11 Pro qui débarqueront sur le marché début 2021. On prévoit aussi des appareils équipés d'un Snapdragon 888 chez LG, Motorola et Oppo. D'autres acteurs tels Samsung utilisent Qualcomm dans certains appareils et dans certaines régions, mais aussi souvent leurs propres puces.En général, on peut s'attendre à ce que d'autres puces de Qualcomm proposent ce support plus étendu. Comme cette prolongation de la protection constitue également un argument de vente supplémentaire, il n'est pas exclu non plus qu'à terme, d'autres fabricants de smartphones et fondeurs de puces y adhèrent.