Google avait annoncé l'accord en novembre dernier. L'entreprise entend débourser quelque 2,1 milliards de dollars pour acquérir Fitbit et ainsi affronter Apple et Samsung sur le marché des traceurs de fitness et des montres intelligentes.

Fitbit est l'une des marques les plus connues dans le domaine de ce qu'on appelle les 'wearables', des appareils qui tiennent à jour toutes sortes de données sur la santé de leur utilisateur. C'est ainsi que les fans de fitness peuvent avec ces produits contrôler leur rythme cardiaque, le nombre de pas/foulées effectués ou encore la quantité de calories brûlées.

Alphabet mettrait donc la main sur une véritable montagne de données relatives à la santé des utilisateurs, ce qui préoccupe fortement l'European Data Protection Board. "La collecte, puis la combinaison des données personnelles sensibles de citoyens européens par une grande firme technologique peuvent représenter un risque important pour le respect de la vie privée et la sécurité de ces personnes", affirme l'organisation.

Le contrôleur européen invite Alphabet et Fitbit à bien réfléchir à leurs conditions de confidentialité et à limiter autant que possible les risques, avant de solliciter l'autorisation de Bruxelles pour le rachat.

Google avait annoncé l'accord en novembre dernier. L'entreprise entend débourser quelque 2,1 milliards de dollars pour acquérir Fitbit et ainsi affronter Apple et Samsung sur le marché des traceurs de fitness et des montres intelligentes.Fitbit est l'une des marques les plus connues dans le domaine de ce qu'on appelle les 'wearables', des appareils qui tiennent à jour toutes sortes de données sur la santé de leur utilisateur. C'est ainsi que les fans de fitness peuvent avec ces produits contrôler leur rythme cardiaque, le nombre de pas/foulées effectués ou encore la quantité de calories brûlées.Alphabet mettrait donc la main sur une véritable montagne de données relatives à la santé des utilisateurs, ce qui préoccupe fortement l'European Data Protection Board. "La collecte, puis la combinaison des données personnelles sensibles de citoyens européens par une grande firme technologique peuvent représenter un risque important pour le respect de la vie privée et la sécurité de ces personnes", affirme l'organisation.Le contrôleur européen invite Alphabet et Fitbit à bien réfléchir à leurs conditions de confidentialité et à limiter autant que possible les risques, avant de solliciter l'autorisation de Bruxelles pour le rachat.