Au cours des dernières semaines, la guerre en Ukraine a encore davantage placé la cybersécurité sur le devant de l'actualité. D'ailleurs, le fait que la finale du Cyber Security Challenge se tienne dans les locaux de l'Ecole Royale Militaire de Bruxelles a donné une dimension supplémentaire à cette manifestation. "La cybersécurité est essentielle pour l'ensemble de la société", estime Annika ten Velden, Chief of Staff chez NVISO Security et impliquée depuis la 2e édition comme gestionnaire de projet du Cyber Security Challenge Belgium.

Priorité à la collaboration

Une épreuve éliminatoire en ligne avait réuni quelque 700 participants pour déboucher sur environ 150 finalistes. Ceux-ci se sont vu proposer différentes missions dans lesquelles ils ont dû exploiter l'ensemble de leurs compétences. "Il s'agit d'un concours où la priorité est donnée à la collaboration", explique Sebastien Deleersnyder, CTO de Toreon, en charge de l'organisation de la compétition. "Il n'est jamais possible de résoudre seul ces missions. Au sein de chaque équipe - composée chaque fois de 4 participants -, il est nécessaire de combiner des compétences technologiques et analytiques, mais aussi différentes compétences humaines."

Le concours se présente sous la forme d'une course à l'élimination. Le vendredi, une petite quarantaine d'équipes ont entamé la compétition. Les seize premières se sont alors qualifiées pour l'épreuve suivante. Le samedi, les douze meilleures équipes se sont affrontées dans une série d''expert challenges' imaginés par les entreprises de sécurité qui sponsorisaient le concours. Le premier prix - un voyage à la conférence DEVCON Hacking de Las Vegas - a été reporté par l'équipe 'Tetramonohedrons' des étudiants en informatique Hannes Klinckaert (Odisee) et Francis Klinck, Robbe Van Herck et Maxime Bloch (UGent).

Pas purement technique

"L'objectif de ce concours était de sensibiliser les étudiants à la cybersécurité", ajoute Annika ten Velden. "Nous entendons rendre la matière plus accessible en montrant que la sécurité n'est pas un domaine purement technique." Durant l'événement, les étudiants et les entreprises ont appris à se connaître, ce qui est intéressant dans l'optique de futurs stages et emplois. "Des étudiants qui n'auraient sans doute jamais imaginé pouvoir s'intéresser à la cybersécurité ont pris goût à ce domaine grâce au concours", conclut Sebastien Deleersnyder.

Les lauréats du Cyber Security Challenge Belgium 2022 : Hannes Klinckaert (Odisee) et Francis Klinck, Robbe Van Herck et Maxime Bloch (UGent)., Cyber Security Challenge
Les lauréats du Cyber Security Challenge Belgium 2022 : Hannes Klinckaert (Odisee) et Francis Klinck, Robbe Van Herck et Maxime Bloch (UGent). © Cyber Security Challenge
Au cours des dernières semaines, la guerre en Ukraine a encore davantage placé la cybersécurité sur le devant de l'actualité. D'ailleurs, le fait que la finale du Cyber Security Challenge se tienne dans les locaux de l'Ecole Royale Militaire de Bruxelles a donné une dimension supplémentaire à cette manifestation. "La cybersécurité est essentielle pour l'ensemble de la société", estime Annika ten Velden, Chief of Staff chez NVISO Security et impliquée depuis la 2e édition comme gestionnaire de projet du Cyber Security Challenge Belgium. Une épreuve éliminatoire en ligne avait réuni quelque 700 participants pour déboucher sur environ 150 finalistes. Ceux-ci se sont vu proposer différentes missions dans lesquelles ils ont dû exploiter l'ensemble de leurs compétences. "Il s'agit d'un concours où la priorité est donnée à la collaboration", explique Sebastien Deleersnyder, CTO de Toreon, en charge de l'organisation de la compétition. "Il n'est jamais possible de résoudre seul ces missions. Au sein de chaque équipe - composée chaque fois de 4 participants -, il est nécessaire de combiner des compétences technologiques et analytiques, mais aussi différentes compétences humaines." Le concours se présente sous la forme d'une course à l'élimination. Le vendredi, une petite quarantaine d'équipes ont entamé la compétition. Les seize premières se sont alors qualifiées pour l'épreuve suivante. Le samedi, les douze meilleures équipes se sont affrontées dans une série d''expert challenges' imaginés par les entreprises de sécurité qui sponsorisaient le concours. Le premier prix - un voyage à la conférence DEVCON Hacking de Las Vegas - a été reporté par l'équipe 'Tetramonohedrons' des étudiants en informatique Hannes Klinckaert (Odisee) et Francis Klinck, Robbe Van Herck et Maxime Bloch (UGent)."L'objectif de ce concours était de sensibiliser les étudiants à la cybersécurité", ajoute Annika ten Velden. "Nous entendons rendre la matière plus accessible en montrant que la sécurité n'est pas un domaine purement technique." Durant l'événement, les étudiants et les entreprises ont appris à se connaître, ce qui est intéressant dans l'optique de futurs stages et emplois. "Des étudiants qui n'auraient sans doute jamais imaginé pouvoir s'intéresser à la cybersécurité ont pris goût à ce domaine grâce au concours", conclut Sebastien Deleersnyder.