Ces montants sont attribués à Blue Origin de Jeff Bezos (130 millions de dollars), Nanoracks (160 millions de dollars) et Northrop Grumman (125,6 millions de dollars). L'entreprise Axiom Space avait déjà reçu précédemment 140 millions de dollars de la NASA pour travailler sur une nouvelle station spatiale.

L'organisation spatiale américaine se tourne toujours plus vers le secteur privé pour demander de l'assistance dans le développement de fusées, d'engins spatiaux et de stations spatiales dans l'espoir de comprimer ainsi ses coûts. Par ailleurs, la NASA peut ainsi se consacrer à ses propres objectifs ambitieux, et notamment une mission habitée vers la planète Mars.

"Un parc d'affaires dans l'espace"

Blue Origin collabore avec Sierra Space au développement d'Orbital Reef, une station spatiale qui doit être prête dans la deuxième moitié de cette décennie et pourra accueillir dix passagers. Cette station spatiale est d'ailleurs décrite comme un "parc d'affaires dans l'espace". Entre-temps, Nanoracks travaille au développement d'une station spatiale baptisée Starlab et qui devrait être lancée en 2027. Northrop Grumman avait déjà mis au point un véhicule spatial capable de livrer des équipements à l'ISS. L'entreprise entend à présent construire une station spatiale constituée de modules, y compris un espace pour le tourisme.

L'ISS habitée depuis 21 ans déjà

Aucune des entreprises retenues n'a dévoilé le coût des stations spatiales. L'intervention financière de la NASA ne devrait représenter qu'au maximum quarante pour cent des coûts totaux.

La station spatiale ISS est habitée depuis 21 ans déjà et était considérée lors de son inauguration comme un symbole de la collaboration internationale, en particulier entre les Etats-Unis et la Russie. Elle fera office jusqu'en 2028 de station spatiale, après quoi elle devrait être remplacée par des stations commerciales.

Ces montants sont attribués à Blue Origin de Jeff Bezos (130 millions de dollars), Nanoracks (160 millions de dollars) et Northrop Grumman (125,6 millions de dollars). L'entreprise Axiom Space avait déjà reçu précédemment 140 millions de dollars de la NASA pour travailler sur une nouvelle station spatiale.L'organisation spatiale américaine se tourne toujours plus vers le secteur privé pour demander de l'assistance dans le développement de fusées, d'engins spatiaux et de stations spatiales dans l'espoir de comprimer ainsi ses coûts. Par ailleurs, la NASA peut ainsi se consacrer à ses propres objectifs ambitieux, et notamment une mission habitée vers la planète Mars.Blue Origin collabore avec Sierra Space au développement d'Orbital Reef, une station spatiale qui doit être prête dans la deuxième moitié de cette décennie et pourra accueillir dix passagers. Cette station spatiale est d'ailleurs décrite comme un "parc d'affaires dans l'espace". Entre-temps, Nanoracks travaille au développement d'une station spatiale baptisée Starlab et qui devrait être lancée en 2027. Northrop Grumman avait déjà mis au point un véhicule spatial capable de livrer des équipements à l'ISS. L'entreprise entend à présent construire une station spatiale constituée de modules, y compris un espace pour le tourisme.Aucune des entreprises retenues n'a dévoilé le coût des stations spatiales. L'intervention financière de la NASA ne devrait représenter qu'au maximum quarante pour cent des coûts totaux. La station spatiale ISS est habitée depuis 21 ans déjà et était considérée lors de son inauguration comme un symbole de la collaboration internationale, en particulier entre les Etats-Unis et la Russie. Elle fera office jusqu'en 2028 de station spatiale, après quoi elle devrait être remplacée par des stations commerciales.