La BNB est, après De Nederlandsche Bank (DNB), la deuxième banque nationale dans l'UE à faire appel à des spécialistes pour détecter des endroits vulnérables dans l'infrastructure des banques. Les attaques cibleront en premier lieu les systèmes cruciaux utilisés pour le trafic des paiements et les transactions d'effets.

A la DNB néerlandaise, un projet similaire de tests de piratage effectués par des entreprises de cyber-sécurité réputées est en cours depuis l'année dernière déjà. Ces tests d'intrusion sont exécutés dans le plus grand secret auprès des banques, des exploitants boursiers et des chambres de compensation. La Banque Centrale Européenne (BCE) a approuvé ces cyber-attaques factices.