L'eBox permet d'accéder en ligne à des documents de l'administration vous concernant. On peut donc y recevoir les communications de services publics affiliés sous forme numérique, et non plus papier, si on le souhaite. Vendredi, un avant-projet de loi visant à développer l'échange électronique de messages par ce biais a été approuvé. Une personne qui reçoit un message via son eBox pourra bientôt y répondre, sans passer par le site web spécifique de l'administration concernée.

L'eBox est utilisée par 2,5 millions de citoyens, selon le cabinet du secrétaire d'Etat à la Digitalisation, Mathieu Michel. Dans les prochaines années, il deviendra obligatoire pour les entreprises (mais pas pour les citoyens) d'activer leur eBox, précise-t-il. L'avant-projet est transmis pour avis au Conseil national du Travail, à l'Autorité de protection des données et au Conseil d'État.

L'eBox permet d'accéder en ligne à des documents de l'administration vous concernant. On peut donc y recevoir les communications de services publics affiliés sous forme numérique, et non plus papier, si on le souhaite. Vendredi, un avant-projet de loi visant à développer l'échange électronique de messages par ce biais a été approuvé. Une personne qui reçoit un message via son eBox pourra bientôt y répondre, sans passer par le site web spécifique de l'administration concernée. L'eBox est utilisée par 2,5 millions de citoyens, selon le cabinet du secrétaire d'Etat à la Digitalisation, Mathieu Michel. Dans les prochaines années, il deviendra obligatoire pour les entreprises (mais pas pour les citoyens) d'activer leur eBox, précise-t-il. L'avant-projet est transmis pour avis au Conseil national du Travail, à l'Autorité de protection des données et au Conseil d'État.