Lors de sa conférence consacrée aux développeurs et organisée en Chine, Huawei a présenté son nouveau système d'exploitation, HarmonyOS. Ce système d'exploitation mobile serait compatible avec différentes plates-formes, dont des téléphones mobiles, wearables, ordinateurs portables et téléviseurs. Huawei rendra le système open source. Etonnamment, il supporterait les applis Android existantes.

Le système d'exploitation, qui portait jusqu'à présent le nom de code HongMeng, a d'abord été lancé sur des TV intelligentes, alors qu'il devrait être déployé l'année prochaine aussi dans les wearables, tels les montres connectées et les ordinateurs portables. "Nous voulions un OS supportant tous les scénarios et susceptible d'être utilisé dans une large gamme d'appareils et de plates-formes grâce à sa faible latence et à sa solide sécurité", déclare Richard Yu, CEO du Consumer Business Group d'Huawei, dans un communiqué de presse.

L'OS sera d'abord déployé en Chine, puis progressivement dans d'autres régions. L'entreprise même qualifie HarmonyOS de système d'exploitation léger, destiné avant tout à être utilisé dans des appareils à moindre fonctionnalité, comme les montres, téléviseurs, auto-systèmes et haut-parleurs connectés. Pour les smartphones, Huawei fait observer qu'elle continuera d'utiliser Android là où ce sera possible, mais qu'HarmonyOS pourra (ultérieurement) également être utilisé dans cette catégorie de produits.

Les médias chinois signalent depuis assez longtemps déjà qu'Huawei était sur le point d'introduire son propre système d'exploitation. Elle y travaillait depuis tout un temps déjà, mais son développement s'est accéléré en mai, lorsque le gouvernement américain plaça l'entreprise sur une liste noire, empêchant les entreprises américaines d'encore commercer avec elle. Cela pourrait signifier aussi qu'Huawei ne puisse plus avoir accès aux mises à jour d'Android.