Voilà ce qu'écrit le Comité en charge de la Science et de la Technologie dans un courrier adressé au Secrétaire d'Etat pour les Médias Numériques. Ce Comité, qui se compose de parlementaires, a examiné la situation et en conclut qu'il n'y a aucun motif technique pour lequel il interdirait Huawei de collaborer à la mise en place de l'infrastructure réseautique 5G du pays. Il ajoute cependant que le gouvernement doit encore examiner l'aspect éthique de cette collaboration, ainsi que la relation avec les alliés internationaux. Ce dernier point renvoie principalement aux Etats-Unis, qui ont placé Huawei sur une liste noire du fait que le géant technologique espionnerait pour le compte des autorités chinoises. Pour cette même raison, les Etats-Unis mettent aussi sous pression d'autres pays, dont la Grande-Bretagne, afin qu'ils interdisent également l'entreprise chinoise de mettre en oeuvre leur infrastructure réseautique 5G.

Le Comité ajoute que la contribution d'Huawei au réseau 5G britannique n'engendre pas de problèmes techniques. Il fait cependant observer que si le gouvernement devait décider de renoncer à l'équipement d'Huawei, cela pourrait provoquer de sérieux retards pour le réseau 5G. Il faut savoir aussi que nombre de réseaux 3G et 4G existants au Royaume-Uni utilisent du matériel du géant technologique chinois.