Ces annonces sont insérées par un système automatisé de Google, qui associe annonceurs et sites web. Des publicités de Microsoft et de firmes qui proposent des services pour les produits de Microsoft, ont ainsi notamment été placées sur ce genre de sites. Il faut dire que dans nombre de théories du complot, un rôle éminent est attribué au fondateur de Microsoft, Bill Gates. Sa fondation charitable souhaiterait, selon certaines théories, avoir la mainmise sur le monde au moyen du coronavirus et de vaccinations obligatoires.

Des firmes télécoms ont elles aussi été associées à des sites de complot. Selon certains adeptes de la théorie du complot, le lien entre le rayonnement 5G et le coronavirus aurait joué un rôle dans la décision du système Google.

Conditions

Selon un porte-parole de Google, les 49 sites cités par le Global Disinformation Index répondent aux conditions imposées par l'entreprise technologique. Chez le géant web, on déclare passer directement à l'action dès que l'un d'eux franchit la limite.

Ce n'est pas la première fois que Google est pointée du doigt pour placer ce genre d'annonces. Il y a quelques années, des publicitaires en vue avaient en effet déclaré ne plus vouloir insérer des annonces sur YouTube, après que des publicités d'entreprises comme Mars, Adidas et Deutsche Bank étaient apparues dans des vidéos d'enfants à moitié nus. Ces vidéos n'étaient certes pas de nature sexuelle, mais les nombreux commentaires qu'elles avaient suscités, l'étaient bien, eux. Google avait également été critiquée pour avoir entre autres placé des publicités sur le site web d'extrême droite Breitbart, qui en prend souvent à son aise avec la vérité.

Ces annonces sont insérées par un système automatisé de Google, qui associe annonceurs et sites web. Des publicités de Microsoft et de firmes qui proposent des services pour les produits de Microsoft, ont ainsi notamment été placées sur ce genre de sites. Il faut dire que dans nombre de théories du complot, un rôle éminent est attribué au fondateur de Microsoft, Bill Gates. Sa fondation charitable souhaiterait, selon certaines théories, avoir la mainmise sur le monde au moyen du coronavirus et de vaccinations obligatoires.Des firmes télécoms ont elles aussi été associées à des sites de complot. Selon certains adeptes de la théorie du complot, le lien entre le rayonnement 5G et le coronavirus aurait joué un rôle dans la décision du système Google.ConditionsSelon un porte-parole de Google, les 49 sites cités par le Global Disinformation Index répondent aux conditions imposées par l'entreprise technologique. Chez le géant web, on déclare passer directement à l'action dès que l'un d'eux franchit la limite.Ce n'est pas la première fois que Google est pointée du doigt pour placer ce genre d'annonces. Il y a quelques années, des publicitaires en vue avaient en effet déclaré ne plus vouloir insérer des annonces sur YouTube, après que des publicités d'entreprises comme Mars, Adidas et Deutsche Bank étaient apparues dans des vidéos d'enfants à moitié nus. Ces vidéos n'étaient certes pas de nature sexuelle, mais les nombreux commentaires qu'elles avaient suscités, l'étaient bien, eux. Google avait également été critiquée pour avoir entre autres placé des publicités sur le site web d'extrême droite Breitbart, qui en prend souvent à son aise avec la vérité.