DuckDuckGo fustige cette façon de faire, parce que les moteurs de recherche misant sur la plus grande rentrée financière possible ont le plus de chances de disposer d'une place. Même le moteur de recherche durable Ecosia ne figurerait plus sur l'écran de sélection.

Lisez aussi: KU Leuven échange Google contre le moteur de recherche vert Ecosia

Depuis le 1er mars de cette année, les nouveaux téléphones Android disposent d'un écran de sélection. Google en a décidé ainsi pour satisfaire aux exigences de la Commission européenne. Celle-ci lui avait en 2018 infligé en effet une amende de plus de 4 milliards d'euros, parce que Google aurait abusé de sa position dominante sur Android, ce qui aurait avantagé ses propres services.

Quatrième enchère la plus élevée

Google organise chaque trimestre de nouvelles enchères par pays. Les moteurs de recherche révèlent combien d'argent ils sont prêts à payer chaque fois qu'un utilisateur sélectionne le service. Les trois offres les plus élevées - en plus de Google même - se voient attribuer une place. Les moteurs ne paient en fait pas le montant proposé, mais doivent s'acquitter de la quatrième enchère la plus haute.

Précédemment, Microsoft s'était vu infliger une obligation comparable par la Commission européenne. Pour vaincre à l'époque la domination du navigateur web Internet Explorer sur Windows, l'entreprise avait dû afficher un écran de sélection avec des navigateurs concurrents. Dans ce cas, il n'y avait cependant pas eu d'enchères, mais les navigateurs possédant la plus grande part de marché étaient présentés dans un ordre aléatoire.

DuckDuckGo fustige cette façon de faire, parce que les moteurs de recherche misant sur la plus grande rentrée financière possible ont le plus de chances de disposer d'une place. Même le moteur de recherche durable Ecosia ne figurerait plus sur l'écran de sélection.Lisez aussi: KU Leuven échange Google contre le moteur de recherche vert EcosiaDepuis le 1er mars de cette année, les nouveaux téléphones Android disposent d'un écran de sélection. Google en a décidé ainsi pour satisfaire aux exigences de la Commission européenne. Celle-ci lui avait en 2018 infligé en effet une amende de plus de 4 milliards d'euros, parce que Google aurait abusé de sa position dominante sur Android, ce qui aurait avantagé ses propres services.Quatrième enchère la plus élevéeGoogle organise chaque trimestre de nouvelles enchères par pays. Les moteurs de recherche révèlent combien d'argent ils sont prêts à payer chaque fois qu'un utilisateur sélectionne le service. Les trois offres les plus élevées - en plus de Google même - se voient attribuer une place. Les moteurs ne paient en fait pas le montant proposé, mais doivent s'acquitter de la quatrième enchère la plus haute.Précédemment, Microsoft s'était vu infliger une obligation comparable par la Commission européenne. Pour vaincre à l'époque la domination du navigateur web Internet Explorer sur Windows, l'entreprise avait dû afficher un écran de sélection avec des navigateurs concurrents. Dans ce cas, il n'y avait cependant pas eu d'enchères, mais les navigateurs possédant la plus grande part de marché étaient présentés dans un ordre aléatoire.