Le plus important acte d'espionnage jamais perpétré dans une entreprise néerlandaise a causé quelques centaines de millions d'euros de dommages. En tant que collaborateurs d'ASML, les espions chinois ont eu pendant des années accès aux réseaux internes dans la filiale de l'entreprise établie à San Jose aux Etats-Unis et y ont mis la main sur des codes-sources, logiciels, stratégies de prix et notices secrètes.

Les vols ont été commis à l'initiative de XTAL, un concurrent d'ASMSL créé en 2014. Cette entreprise a ensuite réussi à intégrer très rapidement la connaissance dérobée, avant d'appâter un an plus tard à peine des clients importants d'ASML, parmi lesquels le géant de l'électronique Samsung. Un juge californien à, fin 2018, condamné XTAL à verser des dommages et intérêts pour un montant de 223 millions de dollars, comme il apparaît à la lecture d'un jugement passé inaperçu jusqu'ici, sauf sur quelques blogs juridiques.