Dans un entretien accordé au Financial Times, Tim Stokely, le fondateur et le CEO d'OnlyFans, attribue à des banques le motif principal du changement de cap choisi par son entreprise: 'Nous n'avions pas d'autre choix que d'adapter notre stratégie, et ce changement est dû aux banques tout simplement.'

Selon Stokely, plusieurs banques ont refusé tout service en raison des risques qu'elles couraient vis-à-vis de leur image en se liant à OnlyFans. Et de citer notamment Bank of New York Mellon, Metro Bank et JPMorgan Chase. La première aurait même épinglé et refusé chaque transaction ciblant OnlyFans. Quant à Metro Bank, elle aurait en 2019 déjà fermé les comptes d'OnlyFans après lui avoir adressé un bref avertissement.

Le fait que des fournisseurs de services financiers directs renâclent de la sorte, complique la vie de sites tels OnlyFans, qui éprouvent des difficultés à enregistrer des rentrées, mais aussi à rétrocéder une partie de celles-ci aux artistes qui gagnent leur vie via la plate-forme. C'est ainsi que Stokely affirme que JPMorgan Change se montre 'très agressive' en clôturant les comptes des travailleurs du sexe ou ceux des entreprises qui soutiennent ces derniers.

Lors de l'annonce du changement de cap, on avait déjà appris que la raison était aussi à chercher du côté des partenaires de l'entreprise au niveau des paiements. C'est ainsi que depuis le mois d'octobre dernier, Mastercard applique de nouvelles règles exigeant le contrôle de l'identité et de l'âge des personnes concernées par du contenu à caractère érotique. Mais les investisseurs n'apprécieraient pas non plus l'image pornographique du site.

La nouvelle politique suivie devrait non seulement faire en sorte que le nouveau contenu soit plus décent, mais que les vidéos et photos existantes soient supprimées d'ici octobre. A partir de cette date, le site ne sera plus autorisé à afficher des images - réelles ou simulées - de sexe, masturbations ou liquides corporels liés au sexe. La nudité restera tolérée, mais pas les gros plans sur des parties du corps.

Dans un entretien accordé au Financial Times, Tim Stokely, le fondateur et le CEO d'OnlyFans, attribue à des banques le motif principal du changement de cap choisi par son entreprise: 'Nous n'avions pas d'autre choix que d'adapter notre stratégie, et ce changement est dû aux banques tout simplement.'Selon Stokely, plusieurs banques ont refusé tout service en raison des risques qu'elles couraient vis-à-vis de leur image en se liant à OnlyFans. Et de citer notamment Bank of New York Mellon, Metro Bank et JPMorgan Chase. La première aurait même épinglé et refusé chaque transaction ciblant OnlyFans. Quant à Metro Bank, elle aurait en 2019 déjà fermé les comptes d'OnlyFans après lui avoir adressé un bref avertissement.Le fait que des fournisseurs de services financiers directs renâclent de la sorte, complique la vie de sites tels OnlyFans, qui éprouvent des difficultés à enregistrer des rentrées, mais aussi à rétrocéder une partie de celles-ci aux artistes qui gagnent leur vie via la plate-forme. C'est ainsi que Stokely affirme que JPMorgan Change se montre 'très agressive' en clôturant les comptes des travailleurs du sexe ou ceux des entreprises qui soutiennent ces derniers.Lors de l'annonce du changement de cap, on avait déjà appris que la raison était aussi à chercher du côté des partenaires de l'entreprise au niveau des paiements. C'est ainsi que depuis le mois d'octobre dernier, Mastercard applique de nouvelles règles exigeant le contrôle de l'identité et de l'âge des personnes concernées par du contenu à caractère érotique. Mais les investisseurs n'apprécieraient pas non plus l'image pornographique du site.La nouvelle politique suivie devrait non seulement faire en sorte que le nouveau contenu soit plus décent, mais que les vidéos et photos existantes soient supprimées d'ici octobre. A partir de cette date, le site ne sera plus autorisé à afficher des images - réelles ou simulées - de sexe, masturbations ou liquides corporels liés au sexe. La nudité restera tolérée, mais pas les gros plans sur des parties du corps.