Le logiciel utilisé par le SPF Sécurité Sociale s'appelle Cúram. Sa maintenance est assurée par l'entreprise de consultance Capgemini. Cúram a été développé par la firme irlandaise éponyme, rachetée en 2011 par IBM. Entre-temps, Cúram (le terme irlandais pour soins et protection) est devenu un système largement utilisé dans le monde pour l'échange de données dans les secteurs des soins et de la sécurité sociale. Il n'empêche que plusieurs services publics étrangers ont déjà fait rapport de problèmes avec ce logiciel, comme des paiements erronés ou doubles.

Les problèmes rencontrés avec Cúram par le SPF Sécurité Sociale sont similaires. "Mais leur importance est ici moins grande", déclare André Gubbels, directeur du SPF Sécurité Sociale. "En outre, ils ne sont pas dus qu'au logiciel proprement dit, mais à une combinaison de facteurs."

Le 1er janvier, la compétence pour le versement des indemnités aux personnes âgées a été transférée aux communautés. "Et la migration des données vers celles-ci ne s'est pas bien passée", explique Gubbels. "En raison de quelques bugs dans le logiciel, des données ont été erronément transférées. Il en résulte que les données des demandes introduites avant le 1er janvier 2017 doivent être réintroduites manuellement. De plus et suite à diverses phases d'économies, notre service accuse un manque flagrant de personnel. Mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour résorber le retard accumulé dans les plus brefs délais."